close

Steve Mcqueen

Le cinéma en photos à la galerie intérieure cour

cinema
Le cinéma et la photo sont à l’honneur à l’occasion de Paris Photos.

Cinéphiles et amateurs de belles photos, précipitez-vous dès le 10 novembre à la galerie intérieure cour à Paris dans le 6ème arrondissement. En effet, comment pouvez-vous louper une exposition éphémère de photographies des légendes du cinéma des années 60 et 70 proposée par DartBLAY à l’occasion de Paris Photos ?

Au menu, une multitude de photos relatant la mémoire du fabuleux cinéma européen et américain des années 60/70. Au programme, des scènes cultes accompagnées d’acteurs mythiques comme Marcello Mastroianni, Catherine Deneuve, Steve McQueen, Marilyn Monroe ou encore Jeanne Moreau ainsi que de nombreux portraits de stars. Si vous prolongez votre visite, celle-ci vous invitera pour votre plus grand plaisir à voyager également dans l’univers des films d’Alfred Hitchcock, Federico Fellini, Arthur Penn, Claude Lelouch ou François Truffaut. Cerise sur le gâteau, à partir de 250 € vous aurez la possibilité d’acquérir un tirage authentique d’un film culte ayant marqué l’histoire du cinéma et probablement votre histoire.

Attention, cette « expo » exceptionnelle ne durera que 4 jours, soit du jeudi 10 au dimanche 13 novembre 2016.

Galerie intérieure cour
12 rue Jacob
75006 Paris

Photo de Une non contractuelle

lire la suite

STEVE McQueen aurait eu 85 ans !

steeve-mcqueen2-635×422

Sms sur mon portable, t’as pas oublié j’espère ? J’ai pas oublié quoi ? Le jeu des devinettes, ce n’est pas mon truc. Comment aurais-je pu oublier l’anniversaire du plus beau des voyous et d’un des plus grands acteurs de sa génération ? J’ai nommé Steve McQueen, plus exactement Terrence Steven McQueen.

steeve-mcqueen2

The king of the cool aurait eu aujourd’hui 85 ans. Steve McQueen est un délinquant issu d’une famille désunie. Si, en tant qu’acteur, on l’a souvent vu personnifier le solitaire calme (le Kid de Cincinnati) impassible (Thomas Crown), toujours soucieux de se garder de la vie, on perçoit malgré tout en lui une sorte d’insubordination qui rappelle cette délinquance originelle. On peut simplement regretter qu’il soit né trop tard pour développer ses dons auprès de cinéastes comme John Ford, ou Howard Hawks, ou trop tôt pour travailler avec Coppola, De Palma, ou Scorcese.

Après quelques errements cinématographiques, c’est la télévision qui va le lancer avec la célèbre série « Wanted Dead or Alive » (Au nom de la loi) où il campe le rôle d’un chasseur de prime. Deux films de John Sturgees l’installeront au firmament  des stars : Les sept mercenaires et la Grande évasion. McQueen, passionné de motos et de voitures de sport, a réalisé lui-même les cascades pour la Grande Evasion. Suivront pour ne nommer qu’eux : le Kid de Cincinnati, Nevada Smith, l’Affaire Thomas Crown et le légendaire Bullit, pour lequel il est impossible d’oublier l’une des courses-poursuites en voiture les plus spectaculaires de l’histoire du cinéma. Au cours des années 1970, le grand Sam Peckinpah l’emploiera dans l’inoubliable Getaway (Guet-appens) avec la somptueuse Ali McGraw, qui deviendra par la suite son épouse, on le verra aussi dans la Tour infernale avec toute une pléiade de comédiens dont Paul Newman.

steve-mcqueen

Star du cinéma Hollywoodien, car c’est une star, McQueen était aussi et surtout un passionné de sport mécanique et de moto en particulier ; Au retour de son service (1950) il décide de parcourir le pays en faisant plusieurs petits boulots, c’est là qu’il se découvre une nouvelle passion : la moto. Sa première machine est une « Indian Chief » de 1946. Dans une interview accordée à Sports Illustrated en 1971, McQueen affirmera avoir été attiré par la moto dès la première fois.
« J’étais tellement fier de cette moto que j’ai roulé dessus sans m’arrêter alors que j’avais rendez-vous  avec ma copine ». Elle m’a dit : « Tu  ne comptes pas m’emmener avec toi sur cette moto, n’est-ce-pas ?  J’ai l’ai fait, la jeune fille est partie, la moto est restée… ». Avec des amis, il fera notamment un voyage à travers le Cuba révolutionnaire de la fin des années 50 : « Il y avait des uniformes partout, mais nous avons vécu une grande aventure. Seule la moto peut offrir de si grands moments, car elle ne manque jamais de vous donner ce sentiment de liberté et d’aventure».

ON ANY SUNDAY….
Au début des années 1970, Bruce Brown (producteur de films) approche McQueen pour obtenir son aide dans la réalisation d’un film documentaire dédié à la moto. La star hollywoodienne est consciente qu’il n’y a aucun bénéfice à réaliser sur ce type de tournage, mais la passion est là… Financé par Steve McQueen, « On Any Sunday » est un hymne à la liberté, un film devenu culte pour toute une génération de motards. Au delà de son grand succès commercial, ce film est considéré à juste titre comme le meilleur long métrage consacré à la moto tout terrain.  Le plus bel hommage que Steve McQueen pouvait rendre au TT.

Baignée dans l’univers du cinéma américain dès l’enfance par son père dessinateur, Natacha Toutain peint les portraits des stars légendaires dont Steve Mcqueen
Baignée dans l’univers du cinéma américain, l’artiste Natacha Toutain peint les portraits des stars légendaires dont Steve McQueen

LA CULTURE DU PARADOXE SELON MCQUEEN
Dès qu’il s’agit d’évoquer Steve McQueen, ses amis parlent très souvent d’une envie de  croquer la vie avec enthousiasme et de vivre chaque jour comme s’il s’agissait du dernier. Écrire qu’il aimait côtoyer les extrêmes est un doux euphémisme : tous les jours de la semaine il faisait son footing et fumait de la marijuana ….

Steve McQueen nous a quitté le 7 novembre 1980. Voici le petit hommage que Monsieur Vintage voulait lui dédier pour son 85ème anniversaire.  Cet Homme est une Légende !

lire la suite
1 2
Page 1 sur 2