close

punk

London Town : le film sur The Clash

london-town-photo
London Town met en scène l’un des plus grands groupes de punk de l’histoire, The Clash. Et comment il a changé la vie de toute une génération…

Fans de Clash, votre heure va bientôt sonner. Non pas que le groupe, qui s’est retrouvé en première partie des Sex Pistols à Sheffield en 1976, revienne mais à partir du 7 octobre, les salles de cinéma diffuseront « London town ». On imagine que c’est un pur hasard si ce titre est également le nom d’un album studio des Wings paru en 1978.

« London town » a été réalisé par Derrick Borte et relate l’histoire autour des Clash et de la scène punk en Angleterre fin des années 70 à travers un adolescent dont la vie et son histoire d’amour vont être transformées en écoutant ce groupe mythique. Ça, on peut très bien l’admettre.

Parmi les protagonistes du film, c’est l’acteur irlandais Jonathan Rhys Meyers (Match Point) à qui revient la lourde tâche d’incarner le leader du groupe The Clash, Joe Strummer. Ce dernier qui a écrit les célèbres paroles de London Calling est décédé d’une crise cardiaque à 50 ans en 2002. Si les Clash font partis de la bande-son de « London town » les fans pourront également écouter des titres des Buzzcocks, Stranglers, Toots and the Maytals et Stiff Little Fingers.

London Town sort aux Etats-Unis le 7 octobre prochain. Pas de date pour la France pour l’instant.

Regardez le trailer de « London town » et faites vous votre propre opinion à propos de l’interprétation de Jonathan Rhys Meyers. Mon avis… Il représente plutôt bien l’image de Joe Strummer

lire la suite

« African Reggae » Nina Hagen

ninahagencoverfinalweb.rgb_-771×844

Nina Hagen, c’est tout un programme ! Vous savez, il existe le sexe et le scandale. Et bien Nina Hagen est juste au milieu, la musique en plus.

Cette fille a toujours crié dès la naissance ; normal vous allez me dire, jusqu’à maintenant. Quoique, il me semble qu’elle s’est assagie. Aux dernières nouvelles, elle communiquerait directement avec Dieu. Je vous épargne son adolescence et ses parents. Mais tenez, une petite anecdote à propos de ses parents ou plutôt de son beau-père : il a réussi à se faire virer d’Allemagne de l’Est, alors République Démocratique d’Allemagne, ce qui est une performance car à l’époque, croyez moi, on avait tendance à retenir les gens de gré ou de force.

ninahagencoverfinalweb.rgb_

Nina Hagen est une grosse personnalité extravertie. Ses prestations scéniques sont trash, déjantées, volcaniques et surréalistes. Bien entendu, ses apparitions attirent un monde considérable. Son look, lui aussi « destroye », est copié par toutes les jeunes filles  à la recherche d’une identité, en l’occurrence « punkette ». En 1979, Nina Hagen va frapper très fort avec un titre chanté en anglais et en allemand : African Reggae. Sa voix est capable de monter de trois octaves avec une facilité déconcertante. Cette chanson est un mélange subtil de reggae et de chant tyrolien. Pour ceux qui arrivent à décrypter les paroles, celles ci dénoncent la pratique de l’excision pratiquée en Afrique. Mais Nina Hagen, c’est aussi l’exubérance sur les plateaux de télévision où elle y annonce qu’elle a vu des ovnis et des extraterrestres… De véritables déclarations hallucinantes.

01

Et le sexe dans tout ça ! Et bien il peut lui arriver, lorsqu’elle en parle, de mimer certains actes ou gestes devant des millions de téléspectateurs. Mais ces provocations sont un bon plan media afin de parler de ses engagements. « African Reggae » est a écouter avec la plus grande attention, c’est à dire à fond ! ♫♪♫♪ Es riecht so gut
Pass auf, dass du nicht gescnappt wirst!
Sie sind nmlich hinter dir her,
Du alter Kiffer
Dabei geht Ihre Geschellschaft am Alkoholismus zugrunde,
Aber dich jagen sie – DICH! 
Haschisch ♫♪♫♪

lire la suite