close

La chanson du jour

« London Calling » The Clash

840027__banksy-no-future_p

London Calling le  « chaos debout »

Ce matin lorsque je me décide d’apposer ces quelques lignes pour la chanson du jour, j’ai la main qui tremble un peu. Oui je vous l’avoue je m’attaque à un gros dossier, The Clash « London Calling ». Je sais que les yeux vont être braqués sur moi, surtout ceux d’un ami complètement fondu des Clash qu’on nommera Mister H. Non rien à voir avec la bombe H. Et bien par quoi on va commencer…London Calling est une chanson qui ouvre un album qui porte le même nom. Le titre sort en décembre 79 alors que Margaret Thatcher est au pouvoir depuis juin 79.  Moi je dis que le hasard n’existe pas. Les émeutes qui secouent l’Angleterre à cette époque montrent l’urgence face une situation bien compliquée. Depuis le début 1979, le pays est au bord du chaos. « London Calling » sonne l’alarme. Indéniablement « London Calling » a les accents d’une époque bien sombre. Dans le laps de temps qui sépare le pays des élections générales, d’autres évènements viennent expliquer la noirceur, le pessimisme du texte. Le titre focalise l’attention, sans doute parce qu’il résume de façon extrêmement clairvoyante l’état d’esprit de la jeunesse anglaise en cette fin des années 70. Un état d’esprit déterminé par une situation nationale très dégradée.  Les couleurs du texte sont « le catastrophisme » et le « No future… for you ! »

840027__banksy-no-future_p

Le groupe nous plonge, avec cette chanson au cœur des ténèbres de la fin des 70’s. Apocalypse now c’est maintenant… Le troisième opus des Clash est un double album qui comprend 19 titres. Toutefois, le groupe imposera qu’il soit vendu au prix d’un album classique. La pochette est illustrée d’une photo de Pennie Smith. On y voit Paul Simonon empoigner sa guitare par le manche, s’apprêtant à la fracasser sur scène. La photographe a saisi ce moment de colère suspendu au Palladium, à New York en février 79. « London Calling » est un disque hors norme, à plus d’un titre : son format, la photo qui lui servira de couverture et les sons qu’il propose à l’écoute. Du ska, du rock, du dub, du  reggae, des sonorités jazzy, c’est une palette sans fin de mélanges d’influences et de sons métissés habilement dosés.

The Clash

The Clash est composé du regretté Joe Strummer (chant, guitare rythmique), Mick Jones (guitare, chant), Paul Simonon (basse, choeurs) et Nicky « Topper » Headon (batterie, percussions). Le manque de contrôle créatif et des frictions internes auront raison du groupe britannique en 1986.

joe-strummer-the-future-is-unwritten-joe-strummer

Mister H, si le cœur t’en dit, ajoute de nouveaux éléments et ton sentiment personnel à propos de cette fresque. Je crois que dans un premier temps, tes doigts se dirigeraient sur le potard du volume et machinalement tu le dévisserais afin que les aiguilles viennent se cogner par des élans à droite du manomètre.

lire la suite
1 2
Page 2 sur 2