close

La chanson du jour

« New York New York » Frank Sinatra

Frank_sinatra-593×456

A propos de Frank Sinatra. Du moins, sur celui du crooner qui interprète la chanson « New York New York ».

Frank_sinatra

On le sait « Big Apple », ville mystérieuse à l’aura si particulière, a inspiré quelques-unes des meilleures chansons du monde, dont “New York New York”. La chanson fut composée par John Kander et les paroles écrites par Fred Ebb. N’oublions pas tout de même qu’à l’origine, “New York New York” est la chanson thématique du film « New York, New York », réalisé par Martin Scorsese en 1977. La chanson a été spécialement conçue pour le film et fut interprétée initialement par la grande Liza Minelli.

Mais alors, que vient faire ici le natif d’Hoboken (New Jersey), Frank Sinatra ? C’est simple, il l’a reprise en 1979 pour son album Trilogy : Past, Present and Future. Grâce à une interprétation remarquable, Sinatra a réussi à inscrire fortement le titre dans les mémoires collectives. Son interprétation a eu une telle résonance médiatique et un tel succès que la plupart des gens ont fini par considérer l’artiste comme le véritable créateur de l’œuvre, au détriment de son compositeur original John Kander. Cet album marqua le « retour » de Sinatra dans le cœur des critiques et du public.

« New York New York » raconte l’histoire d’un jeune artiste qui arrive de sa province avec dans le cœur l’envie de réussir à New York, véritable poumon de la culture américaine sur la côte est. “New York New York”  illustre le désir de réussite grandissant de celui qui veut entreprendre.

Si la version de Sinatra, celui qu’on surnommait The Voice,  ne vous a pas convaincu, essayez celle de Liza Minelli qui est percutante et pleine d’énergie.

lire la suite

« love is all » Roger Glover

loveisall-2

Dans une ambiance colorée et joyeuse, une sympathique grenouille hippie qui se prend pour Jésus se ballade avec une guitare et diffuse son message d’amour en  chantant  à tue-tête  « love is all, love is all… » Dessin animé culte, chanson culte.

Je sais que pour certains, cet air évoque une musique de pub pour un sirop et pour d’autres, les Beatles. Autant la pub pour le sirop, je vous l’accorde car on en a soupé tandis que pour les Fab Four, ils n’y sont absolument pour rien. Pour ma pomme, il évoque surtout une mire qui était utilisée pour pallier les problèmes techniques sur la « deuxième chaine » de ma TV : Antenne 2. Sa diffusion était réellement aléatoire  et imprévisible, ce qui contribuait à rendre l’animation légendaire à cette époque. Je crois, sans trop me tromper, qu’on peut attribuer la popularité de « Love is all » en France au dessin animé qui y est associé.

loveisall-2

Alors bassiste de Deep Purple, le gallois Roger Glover, à qui l’on doit aussi le titre « Smoke on the water »  remporte en 1974 un succès intersidéral avec ce remarquable « Love is all », titre phare de son album solo « The Butterfly Ball » qu’on peut qualifier de concept. Roger Glover atteint alors le comble de sa carrière solo. Sur cet album, on retrouve plusieurs artistes d’horizons différents : Eddie Hardin, David Coverdale (Deep purple), Glenn Hughes, Ronnie James Dio (ex-chanteur de Black Sabbath)…

Loveisall-1

Attention tout de même. La genèse du concept albulm : Glover a été approché par l’artiste Alan Aldridge pour la création d’une adaptation musicale à partir du livre « The Butterfly Ball and the Grasshopper’s Feast » du poète William Plomer. Cette demande l’a surpris mais il l’a néanmoins acceptée. « Love is all » fait partie des chansons de cette adaptation musicale. Aujourd’hui, le clip peut sembler kitsch oui, mais je crois qu’il  remplira de bonheur plusieurs générations.

lire la suite
1 2
Page 1 sur 2