close

film

Sean Connery fête ses 85 ans

Sean-Connery-Claudine-Auger_0001-374×456
Sean Connery fête ses 85 ans. Celui qui s’est retiré des plateaux de tournage depuis 2003 a marqué l’histoire du 7ème art de façon indélébile. Il est le premier à avoir prononcé «Mon nom est Bond. James Bond » dans James Bond contre Dr. No. Depuis, Sean Connery est resté le plus emblématique des agents 007, un personnage qu’il a incarné à 7 reprises. On sait que sa carrière  ne se résume pas uniquement à celle de du célèbre agent. Mais pour asseoir une carrière, c’est pas mal.

Sean-Connery-Claudine-Auger_0001

Sir Thomas Sean Connery est né à Edimbourg le 25 Août 1930. Acteur et producteur de films écossais d’origine modeste, il grandit dans la banlieue de Fountainbridge et s’enrôle à l’âge de 16 ans dans la Marine qu’il quittera au bout de trois ans pour raison de santé. C’est à cette époque qu’il se fera tatouer ​​sur son bras droit « L’Ecosse pour toujours » et « maman et papa ».

Durant sa carrière, on le retrouvera modèle nu pour l’école d’art d’Edimbourg, agent de polissage, maçon, maître nageur, garde du corps et même apprenti dans une laiterie. Ce n’est qu’au début des années 50 qu’il commencera à se faire remarquer en jouant dans la comédie musicale sur scène à Londres.

Son corps d’athlète lui permet de représenter l’Ecosse au concours de Monsieur Univers en 1953 dont il terminera tout de même troisième.

sean-connery_brigitte-bardot-1967-photo terry oneill
Sean-connery-and-brigitte-bardot-1967-photo-terry-oneill

C’est réellement en 1962 qu’il se fait connaître du grand public et endossera pour la première fois le célèbre costume de James Bond, l’agent secret britannique des romans de Ian Fleming. Il deviendra immédiatement l’un des acteurs les plus célèbres au monde et à la même occasion un sex symbol.

Si nous devons retenir quelques titres de films dans lesquels Sir Thomas Sean Connery brille plus que le soleil, nous citerons  La Colline des hommes perdus (1965) de Sidney Lumet, Le Lion et le Vent (1975) de John Milius, La Rose, la Flèche (1976)  de Richard Lester, L’Homme qui voulut être roi (1975) de John Huston et pour terminer, Outland (1981) de Peter Yates, considéré comme le premier western de l’espace.

Membre de l’Ordre de l’Empire britannique, Sean Connery a été anobli par la reine Élisabeth II en 2000, en récompense de sa carrière au cinéma et des services rendus aux arts britanniques. Fier de ses origines écossaises, il affiche publiquement son soutien à l’indépendantisme écossais.

lire la suite

"Police Fédérale Los Angeles" aux Champs Elysées Film Festival

CHAMPS_ELYSÉES_FILM_FESTIVAL_2015-635×269

Le Champs Elysées Film Festival aura lieu cette année du 10 au 16 juin 2015 sous la coprésidence de l’Anglais Jeremy Irons ainsi que de la Belge Emilie Dequenne. Égoïstement, je ne vais pas vous évoquer la liste des films en compétition. Ils ont prévu 8 longs métrages indépendants et 9 courts métrages américains ainsi que 13 courts métrages français.

CHAMPS_ELYSÉES_FILM_FESTIVAL_2015

On sait que plusieurs invités interviendront lors de rencontres tout au long du festival. Parmi eux : William Friedkin (pour une masterclass) Alan Parker (Midnight express), Euzhan Palcy (Rue Cases-Nègres), la seule femme qui ait dirigé Marlon Brando ainsi que Josh & Benny Safdie (The Acquaintances of a Lonely John et he Pleasure of Being Robbed) .

Je vous le répète, mon égoïsme va faire une halte à propos de la présence de  William Friedkin qui est ni plus ni moins le réalisateur de l’Exorciste, French Connection, Cruising ou Killer Joe. Mais si on creuse bien, on va déceler une pépite dans sa carrière ; oui je pèse mes mots, un film hors du commun : «Police Fédérale Los Angeles». Ce Festival, en plus de son contenu d’excellente facture, propose une rétrospective Friedkin (dont la projection du « Convoi de la Peur » en Director’s Cut), et une nuit spéciale en son honneur le 12 juin de 19 h à 01 h – Tenez-vous bien, mise à part la diffusion du cultissime « Exorciste » et de « Bug « , une réalisation sortie en 2007, le Champs Elysées Film Festival vous offre la possibilité de voir ou revoir une œuvre que je considère aussi mythique qu’impressionnante « Police Fédérale Los Angeles ».

Le pitch : un duo de flics traque un faux-monnayeur maléfique Rick Masters (Willem Dafoe comme d’hab complètement génial !). L’un des deux policiers, une tête brûlée, va dangereusement basculer dans l’illégalité pour parvenir à ses fins et entraîner son collègue dans sa descente aux enfers.

PoliceféraleLA

Cinéaste fasciné par la frontière ténue entre le bien et le mal, le bon sens et la folie, William Friedkin a réalisé en 1985 avec « Police Fédérale, Los Angeles » (titre français débile de To Live and Die in L.A.) probablement un de ses meilleurs films et une étape importante du cinéma criminel américain, qui a rarement montré des antihéros aussi suicidaires. Sous-estimé à l’époque de sa sortie, ce polar urbain capte parfaitement l’ambiance de la Cité des Anges. Le film est devenu emblématique de l’esthétisme des années 80. Il est toujours remarquable par la frénésie de son montage et la perversité de son scénario.

Ce superbe « Champs Elysées Film Festival »  mérite largement qu’on en parle et si l’œuvre William Friedkin vous passionne, alors réservez dès maintenant vos places … pour « Police Fédérale, Los Angeles ».

Découvrez le programme du Champs Elysées Film Festival

lire la suite
1 2 3 4 5
Page 2 sur 5