close

cinéma

Bill Gold, la légende de l’affiche de cinéma est mort

Paul
Grand ami de Clint Eastwood, Bill Gold le sorcier des célèbres affiches de cinéma est mort à l’âge de 97 ans dans le Connecticut suite à des complication de la maladie d’Alzheimer.

Un train nommé Désir, l’exorciste, Papillon, orange mécanique, My Fair Lady, Casablanca et encore plein d’autres.. Le point commun entre ces noms mythiques du cinéma américain est Bill Gold. Il est celui qui transformait les affiches en or.

clint

Il est l’homme qui a dessiné le cinéma à travers des milliers d’affiches de cinéma ; Comment oublier Bogart et Bergman enlacé tendrement au-dessus de Casablanca en lettre rouge et le regard ténébreux et sadique de Malcolm Mcdowell encadré dans un triangle plein de suggestion.

Son nom sonne comme de l’or et pourtant il n’apparaissait jamais sur ses propres affiches. Depuis 1941 avec sa collaboration avec la Warner Bros Bill Gold a traduit le cinéma en dessin, instinctivement il savait synthétiser l’histoire sans trop la dévoiler.

Aujourd’hui c’est une époque révolue, l’ère du numérique gomme certainement le « côté » artiste ou toile de l’affiche, mais aucune star ne peut se plaindre et dire à propos de celle-ci « ça ne me ressemble pas ».

Marlon

 

lire la suite

Jean-Paul Belmondo se met à table

belmondo
Jean-Paul Belmondo se livre enfin et sans ambages dans sa biographie  «  Mille vies valent mieux qu’une ».

Non pas qu’il ait une envie de déjeuner ou d’avoir quelque chose à se reprocher mais comme il l’avoue « cela fait 56 ans qu’on me demande de raconter ma vie ». Le plus beau des soleils du 7ème art français aura patienté 83 ans pour nous offrir sa version des faits et de mille façons.

Enfin, il s’est décidé à parler ou plutôt à écrire, lui et lui tout seul, sans besoin de « prête plume » pour raconter à sa place et surtout sans son autorisation. Jean-Paul Belmondo, l’ami de tout le monde, a pris le temps d’écrire « Mille vies valent mieux qu’une » qui sortira en librairie le 7 novembre prochain chez Fayard.

L’ouvrage de 300 pages imprime ses mille vies qui ont été façonnées par la famille, les amis, les rencontres, le sport, le cinéma et le théâtre. Un voyage semé de grandes joies et d‘immenses peines dans lequel la star inculque une belle leçon d’optimisme. On imagine que l’exercice de la « bio » n’est pas naturel chez Jean-Paul Belmondo. S’il y a bien un homme qui ne se la raconte pas, c’est bien lui… On sait qu’il a toujours refusé d’écrire ou de dicter ses mémoires. Alors profitons de cette aubaine et remercions l’immense star de s’être prêtée à cet exercice car l’itinéraire de ses personnages a gâté bien des enfants dont je fais partie.

L’homme de Rio est le premier film que j’ai vu avec Belmondo. Depuis, j’ai compris que Jean-Paul ferait partie de mon « cinéma ».

lire la suite
1 2 3 11
Page 1 sur 11