close

chanson vintage

"Le métèque" Georges Moustaki

0-12

« Je ne suis pas en quête d’identité. Je suis riche d’identités.« , affirmait Georges Moustaki .

Quand le « Métèque » est mort, je me suis laissé surprendre à dire « mince » alors ! Pourquoi ? Georges Moustaki était un personnage discret et talentueux comme on l’aime. Il faisait partie de la famille, même si on ne le voyait pas souvent. Il était raffiné, attachant et pourtant je ne l’écoutais pas fréquemment. Son absence nous le rend encore bien plus présent. La dernière anecdote que j’ai entendue sur le « juif errant » est la suivante : Afin de se faire un peu d’argent de poche (à ses débuts), Coluche réparait les motos de Moustaki. La Chanson « Le Métèque » est devenue un classique fredonné par tous. Le jeune garçon qu’il était appréhende d’emblée la vie sous l’angle du multiculturalisme, devenu l’aède de la liberté. Éternel poète, le « pâtre grec », engagé à gauche de longue date, écrit « Le Métèque » au moment des événements de mai 68. L’accueil réservé par le public est formidable. Cette chanson va relancer sa carrière.

Georges Moustaki cultivait la paresse et même, il la savourait : « Dans un monde où travailler est un stress qui tue toute vie et toute libido, c’est plus amusant de parler de la paresse »… « Nous prendrons le temps de vivre, d’être libre », telle était sa quête.

Georges est un des grands de ce que la culture chansonnière d’expression française aura conçu et connu de plus extraordinaire… Allez y, fredonnez « Le Métèque », ça fait du bien.

lire la suite