close
breakfast at tiffanys604

Souvenez-vous, Holly Golightly, personnage central de « Breakfast at Tiffany’s » qui, pour échapper à son « blues », ne trouve rien de mieux que de contempler les vitrines de la joaillerie de la célèbre enseigne Tiffany à l’heure du petit déjeuner. Aujourd’hui, le bijoutier ouvre à cet endroit un salon de thé où les rêveuses, comme elle, pourront désormais s’asseoir dans une salle bleue clair « Tiffany », donnant sur l’indémodable 5ème avenue.

Si Holly Golightly vous manque ainsi qu’Audrey Hepburn et la légèreté du personnage de roman de Truman Capote (1958) également, alors n’attendez plus, prenez un billet pour New York et rendez-vous au Blue Box Café sur la Fifth Avenue. Souvenez-vous, la vie hyper trépidante d’Holly Golightly l’emmenait très tôt un beau matin, devant la vitrine du célèbre joaillier avec un croissant à la main. Qui n’a pas rêvé de cet instant ?

Depuis le 10 novembre 2017, la célèbre bijouterie Tiffany rend possible l’inimaginable : déjeuner dans ses locaux, plus précisément au 4ème étage du magasin. Après une rénovation importante du quatrième étage du magasin phare, le tout soutenu par l’iconique bleu Tiffany, la célèbre enseigne en a également profité pour ouvrir son premier espace de vente au détail avec une collection « Home & Accessories » ainsi qu’une boutique pour enfants, une sélection de livres vintage et un laboratoire de parfumerie.

Tiffany

Au menu de cette escapade, Tiffany propose des plats simples qui changent selon les saisons : la « Fifth Avenue Salad » avec du homard, également entre autres de l’avocat « Charles Lewis Tiffany » avec du poulet accompagné de laitue et de tomates. Les prix oscillent entre 29$ et 49$, un peu cher me direz-vous, peut être ! Mais pourquoi ne pas se permettre ce petit luxe ? A ce prix-là, l’ombre d’Holly Golightly vous accompagnera tout au long de cette petite fugue. Et toi Audrey, où es-tu ?

Tags : Audrey HepburnFifth AvenueHolly GolightlysTruman Capote
Claude

L’auteur Claude

Clod, 170 cm sur 70 kilos. Mes pieds s’installent en général dans des baskets ou de temps en temps dans des boots. Mon corps se drape d’un jean étroit du bas (le Chino fait son apparition) et de t-shirt émanant de pays étrangers rapportés en général par mes deux filles. Ma vie s’articule autour du partage et de l’échange. J’aime bien m’entendre dire « je fais ce je veux… », même si ce n’est pas vrai. Je suis un fondu de musique, de culture, de moto, de rencontres, de belles histoires et après de plein d’autres choses !

Ajouter une réponse