close
playboy
Après le magazine Lui, Playboy fait son retour en kiosque dès le 9 décembre dans une version bien plus sage.

Le drame s’est déroulé il y 5 ans exactement en 2011. Playboy, le plus célèbre des magazines de charme, disparaissait des rayons des kiosquiers français alors qu’il était présent dans notre hexagone depuis 1971. Plus fort qu’un tsunami culturel, l’affaire avait fait grand bruit ! Ce magazine fondé en 1953 par le fantasque Hugh Hefner était devenu un rendez-vous incontournable. Si vous souhaitiez voir de jolies filles et parfois des stars complètement dénudées sous l’œil de célèbres photographes, alors ce mythique magazine était le support idéal. Pas moins de 690 playmates du mois ont accepté de poser dans ce magazine, symbole d’une génération libérée qui cherchait sans cesse à repousser les tabous.

C’est sous l’égide de Guillaume Fédou, un journaliste-musicien et Raphaël Turcat « un ex du magazine Technikart», que ce magazine trimestriel revient le 9 décembre en adoptant une ligne éditoriale aux antipodes de ses fondamentaux. Cette nouvelle version, vendue au prix de 6,90 €, est très sage, quid de la femme nue en « Une » ? Playboy a fini par lâcher prise et abandonner les photos de femmes nues.

L’objectif économique de ce nouveau « masculin qui parle aux femmes », est d’atteindre 120 000 ventes en France.

Souhaitons bonne chance au plus célèbre « des petits lapins aux nœuds papillon ».

Tags : Guillaume FédouHugh HefnermagazinePlayboyRaphaël Turcat
Claude

L’auteur Claude

Clod, 170 cm sur 70 kilos. Mes pieds s’installent en général dans des baskets ou de temps en temps dans des boots. Mon corps se drape d’un jean étroit du bas (le Chino fait son apparition) et de t-shirt émanant de pays étrangers rapportés en général par mes deux filles. Ma vie s’articule autour du partage et de l’échange. J’aime bien m’entendre dire « je fais ce je veux… », même si ce n’est pas vrai. Je suis un fondu de musique, de culture, de moto, de rencontres, de belles histoires et après de plein d’autres choses !

Ajouter une réponse