close
abbey_road-1
Le passage piéton londonien d’Abbey Road rendu célèbre par les Beatles « photoporté » près du centre Pompidou à Paris lors de la prochaine Nuit Blanche.

Abbey Road à Paris, c’est le pari surréaliste tenu par Les Nivaux, un couple d’artistes qui numérise des lieux mythiques pour les « photoporter » ailleurs. Je vais être un peu plus clair. Il ne s’agit pas des célèbres studios londoniens où les Beatles ont enregistré 90% de leurs titres mais du passage piéton le plus célèbre au monde  que le photographe Ian MacMillian et les Fab Four ont immortalisé en août 1969 pour la pochette de l’album Abbey Road.

Concrètement, si certains ont marché sur la lune, d’autres pourront marcher sur le célèbre passage piéton Abbey Road à Paris. Les Nivaux ont assemblé 420 scans en une image du passage piéton d’Abbey Road. Imprimée sur un support adhésif spécial et antidérapant, la photographie est ensuite collée.

Quand me direz-vous ? Pour la Nuit Blanche parisienne, du 1er au 2 octobre, l’œuvre baptisée « Cross the Scan/Abbey Road » s’installe sur la place Stravinsky située dans le 4ème arrondissement de Paris à l’angle du Centre Georges Pompidou et de l’IRCAM.

Le mythique passage piéton sera reproduit à taille réelle et son orientation géographique précise et originelle sera également respectée. Le public pourra marcher sur les traces des Beatles en le photographiant comme le font tous les jours à Londres des centaines de passionnés. Ce passage, devenu un lieu de pèlerinage, est classé monument historique par l’État britannique depuis 2010.

abey_road-1-1

Si vous souhaitez vivre un moment magique et «presque» mythique, déguisez-vous  comme sur la célèbre pochette et rendez-vous dans la nuit du 1er au 2 octobre place Stravinsky à Paris. Effet et succès garantis.

la-pochette-_abbey_road

Tags : Abbey RoadBeatlesCentre Georges PompidouCross the ScanIan MacMillianLondres
Claude

L’auteur Claude

Clod, 170 cm sur 70 kilos. Mes pieds s’installent en général dans des baskets ou de temps en temps dans des boots. Mon corps se drape d’un jean étroit du bas (le Chino fait son apparition) et de t-shirt émanant de pays étrangers rapportés en général par mes deux filles. Ma vie s’articule autour du partage et de l’échange. J’aime bien m’entendre dire « je fais ce je veux… », même si ce n’est pas vrai. Je suis un fondu de musique, de culture, de moto, de rencontres, de belles histoires et après de plein d’autres choses !

Ajouter une réponse