close
10km
La première édition des 10 kilomètres du cinéma, qui se déroulera fin octobre, ralliera les professionnels  du 7ème art et du running.

Ce n’est pas la première fois que le sport s’illustre au cinéma, mais le contraire a priori a rarement eu lieu. La course du cinéma, qui traversera deux arrondissements parisiens le dimanche 30 octobre 2016, devrait largement réparer cet impair.

A l’initiative de cette première édition, Paris Cour(t)s Devant, festival international de courts métrages de référence, invente la Course du Cinéma, une épreuve pédestre, parrainée par Michel Cymes, qui propose une rencontre très originale des mondes du cinéma et du running sur un tracé de 10 kilomètres autour de la Place de Clichy et du Cinéma des Cinéastes, berceau du festival.

Cette épreuve, ouverte aux cinéphiles, professionnels du cinéma, simples pratiquants du jogging ou professionnels du running, est organisée sous le ton de la bonne humeur et propose aux participants les plus hardis de fouler les pavés de Paris en costumes de personnages de cinéma : Marilyn, Charlot, James Bond, Pierrot le Fou, Catwoman, Mad Max… Tous les costumes sont permis ! C’est comme vous voulez !

Le parcours traversera les 17ème et 18ème arrondissements de Paris, s’étendra de la Place de Clichy au Parc Monceau et de la Porte de Clignancourt pour revenir via le cimetière de Montmartre vers la Place de Clichy.

Pour cette première édition des 10 kilomètres du cinéma, c’est la comédienne Julie Gayet qui donnera le coup d’envoi. Alors, si vous n’êtes pas en tournage ou sur un plateau de cinéma, exploitants, réalisateurs, comédiens, techniciens, tous les professionnels du cinéma, à titre individuel ou en équipe, venez vous illustrer et prouvez-nous que le sport, ce n’est pas toujours du cinéma.

Et on n’oubliera pas de griffonner « la Course du Cinéma » sur  son agenda à la date du 30 octobre 2016.

Réservez votre dossard dès aujourd’hui !

Tags : 10kmcinémacourseJulie GayetMichel Cymes
Claude

L’auteur Claude

Clod, 170 cm sur 70 kilos. Mes pieds s’installent en général dans des baskets ou de temps en temps dans des boots. Mon corps se drape d’un jean étroit du bas (le Chino fait son apparition) et de t-shirt émanant de pays étrangers rapportés en général par mes deux filles. Ma vie s’articule autour du partage et de l’échange. J’aime bien m’entendre dire « je fais ce je veux… », même si ce n’est pas vrai. Je suis un fondu de musique, de culture, de moto, de rencontres, de belles histoires et après de plein d’autres choses !

Ajouter une réponse