close

BMW M5 « Competition Edition » : un dernier pour la route

bmw-m5-edition-competition (1)
Voilà une façon comme une autre de dire au revoir. Avant de remplacer la série 5 6ème génération, BMW propose avec sa M5 « Competition Edition » de divertir un nombre très limité de fans en lâchant sur le bitume une 4 roues très exclusive et explosive de 600 cv.

Le Monde se divisera 200 exemplaires produits par la marque à l’hélice. Aisément reconnaissable, cette « Edition Competition » recevra deux teintes de carrosserie spécifiques : 100 unités en noir carbone et une autre centaine en « blanc minéral métallique ». Pour ce qui est de l’intérieur, un superbe cuir noir Merino surpiqué de blanc sur l’ensemble de la sellerie côtoie un habillage en carbone logotypé « M5 Competition 1/200 » afin de rappeler le numéro de ce jouet pour adulte. Les fans de Beethoven devront supporter les 1200W que crache l’installation audio paraphée Bang & Olufsen. Tout est dans l’excès mais contrôlé ! Cette série exclusive recevra comme unique liaison au sol de très larges et fantastiques jantes 20 pouces en finition Jet Black. Afin d’augmenter les sensations, BMW a a revu les réglages de la direction et a raffermi amortisseurs et barre antiroulis, en plus de réduire la hauteur de caisse de quelques 10 mm.

Si on ose lever le capot de cette BMW M5 « Competition Edition », elle embarque le V8 4.4 biturbo qui passe de 560 à 600 ch associé à la boite de vitesse automatique M Drivelogic à double embrayage. Le capot baissé, elle atteint le 0 à 100 km/h en seulement 3,9 secondes.

BMW-M5-jpg

Voilà, tout est dit. Je me résume : un modèle exclusif de 600 cv bavarois, 1200 watts pour la chevauchée des Walkyries de Richard Wagner, le tout en 200 exemplaires à travers le monde. Indubitablement, tout cela a un prix. Il faudra compter au moins 129.000 €, soit 215 € le cheval vapeur !

Tags : BmwBMW M5M5 CompetitionVOITURE
Claude

L’auteur Claude

Clod, 170 cm sur 70 kilos. Mes pieds s’installent en général dans des baskets ou de temps en temps dans des boots. Mon corps se drape d’un jean étroit du bas (le Chino fait son apparition) et de t-shirt émanant de pays étrangers rapportés en général par mes deux filles. Ma vie s’articule autour du partage et de l’échange. J’aime bien m’entendre dire « je fais ce je veux… », même si ce n’est pas vrai. Je suis un fondu de musique, de culture, de moto, de rencontres, de belles histoires et après de plein d’autres choses !

Ajouter une réponse