close
exile-on-main-street-3
Attachez vos ceintures. C’est officiel : il y aura bien un film sur les Rolling Stones durant la période de l’enregistrement de l’album Exile on Main Street.

Exile on Main Street (1972), un disque légendaire qui deviendra un film. Cet album est l’un des plus célèbres de la longue histoire des Rolling Stones. Pour certains, ce maelström sonore représenterait l’apothéose du groupe britannique. Mais Exile on Main Street  ce n’est pas seulement un disque ; c’est également une histoire. Et quelle histoire !

Le film sera librement inspiré du livre de Robert Greenfield « Exile On Main Street : A Season In Hell With The Rolling Stones ». Cet ouvrage paru en 2006 est basé sur la longue interview entre l’auteur et Keith Richards durant la fabrication d’Exile on Main Street dans une villa sur la Côte d’Azur où les Stones vivaient retranchés pour des raisons fiscales. Vous dire que ça sentait la poudre serait un euphémisme.

Richard Branson, le propriétaire de Virgin, a acquis les droits en 2012 et a confié la réalisation à Andy Goodard, connu pour avoir réalisé des épisodes de la série Downton Abbey. Aujourd’hui, le réalisateur est à la recherche des acteurs qui tiendront les rôles clés de Jagger et Richards. Si vous connaissez des prétendants…  Mais j’y pense, Goodard or Godart. Le dernier avait réalisé un documentaire expérimental One + One, ou Sympathy for the Devil.

La fabrication de cet album est sûrement l’un des moments les plus controversés et complexes de l’histoire des Stones. Le bassiste de l’époque, Bill Wyman, raconte qu’à cette époque le groupe était divisé en deux. Il y avait ceux qui prenaient de la drogue en l’occurrence Keith Richards et Mick Taylor et ceux qui n’en prenaient pas : Jagger, Watts et Wyman. Doit on en conclure que le mélange a enfanté un double album d’un autre monde ?

A propos d’Exile on Main Street, l’album sorti en 1972 est très critiqué et les ventes relativement décevantes. Au fil des années, il deviendra un incontournable au point même d’être souvent cité aux côtés des inévitables Highway 61 Revisited  de Bob Dylan ou Sgt Peppers  des Beatles.

Tags : Andy GoodardExile On Main StreetRobert GreenfieldRolling Stones
Claude

L’auteur Claude

Clod, 170 cm sur 70 kilos. Mes pieds s’installent en général dans des baskets ou de temps en temps dans des boots. Mon corps se drape d’un jean étroit du bas (le Chino fait son apparition) et de t-shirt émanant de pays étrangers rapportés en général par mes deux filles. Ma vie s’articule autour du partage et de l’échange. J’aime bien m’entendre dire « je fais ce je veux… », même si ce n’est pas vrai. Je suis un fondu de musique, de culture, de moto, de rencontres, de belles histoires et après de plein d’autres choses !

Ajouter une réponse