close

INTERVIEW : MAITRE BARBIER PERRUQUIER

Les-bouchées-doubles-456×456

Vous avez remarqué depuis quelques années les salons de barbiers poussent comme des champignons dans notre capitale et un peu partout en France. Les barbiers reviendraient t-ils à la mode ? Aujourd’hui, beaucoup d’hommes choisissent d’aller chez leur barbier pour se faire raser ou tailler la barbe dans les règles de l’art. De nos jours, il s’agit d’une profession à part entière qui offre un éventail complet de soins capillaires dédiés à la gent masculine. Nous avons souhaité pousser la porte d’un salon barbier,

C’est dans le 17ème arrondissement de paris que nous notre curiosité nous a conduit. Chez les-maitres-barbiers-perruquiers .

Les bouchées doubles

Quand on pousse la porte du salon, l’atmosphère est paisible et feutrée. Le bois et le cuir rendent une ambiance de bien être. Une playlist musicale d’excellente qualité étouffe légèrement le cliquetis du ciseau ou le bourdonnement de la tondeuse. Le client est confortablement allongé dans un fauteuil dans la plus pure tradition, Chris notre barbier opère avec méthode un travail minutieux de taille de barbe.

Nous sommes accueillis par Stanislas, le manager du salon et Chris qui officient en tant que barbier et coiffeur. C’est une interview à deux voix que nous vous proposons de découvrir.

P1090903

Bonjour Chris, comment êtes-vous devenu barbier ?

J’ai commencé par la coiffure. Dans cette formation, on propose deux options : coiffure événementielle ou barbier. J’ai choisi la deuxième option que je pratique depuis que je suis chez « les-maitres-barbiers-perruquiers  ». C’est le facteur mode qui m’a poussé à m’y intéresser plus précisément. Sachez tout de même qu’ici on ne sera pas forcément précurseur d’une nouvelle coupe ou d’une nouvelle taille de barbe.

Stanislas – Un barbier doit-il être aussi coiffeur ?

Chez nous oui. On est un salon pour hommes. Ce que l’on souhaite c’est proposer à nos clients les services dont ils peuvent avoir besoin dans un salon. Ça comprend la coupe de cheveux, la taille de la barbe ou le rasage à l’ancienne et l’épilation du visage (joues, cou, sourcils, oreilles etc…). On a voulu recréer un univers authentique et masculin dans lequel les hommes seront choyés. On a aussi une salle de massage. Notre salon est un endroit de bien-être pour hommes.

P1090925

Stanislas – Depuis combien de temps êtes-vous installé en tant que barbier et qui sont vos clients ? 

C’est très varié. On découvre des hommes de profession indépendante, des artistes. Ce sont principalement des gens du quartier qui se déplacent chez nous. Ils ont entre 20 et 40 ans. On a ouvert en décembre 2014 en mettant l’accent sur le côté barbier car on voulait vraiment se différentier des autres salons. A l’ouverture, les clients venaient exclusivement pour la barbe et ont appris par la suite qu’on exerçait également le métier de coiffeur. Aujourd’hui ils viennent pour la barbe et pour les cheveux. Il faut savoir aussi que les hommes sont assez fidèles avec leur coiffeur. Ils ont compris assez facilement qu’on proposait la combinaison barbe/coiffure, évitant ainsi d’aller à deux adresses différentes. Il est également fréquent que des femmes offrent des prestations de bien-être à leurs hommes pour un anniversaire par exemple.

P1090907

Chris – Quelle est la taille la plus répandue ? 

On a des clients fidèles pour des rasages complets à l’ancienne. Sinon, on nous réclame la taille anglaise bien dessinée. On nous demande aussi des tailles naturelles classiques souvent inspirées de personnages de cinéma. Les gens demandent à avoir une barbe présentable.

Stanislas – Comment expliquez-vous le retour à la mode des barbiers traditionnels ?

On a compris depuis deux ou trois ans que les hommes prenaient un peu plus de temps pour s’occuper d’eux et aujourd’hui, on va chez le barbier comme on va chez le coiffeur. Je vous avouerai qu’ayant vécu personnellement à Londres, ce phénomène existe depuis très longtemps là bas. Le retour de cet ancien métier a une vraie connotation vintage. Plus qu’une mode, c’est un retour à la tradition.

Stanislas – Avez-vous l’ambition d’ouvrir d’autres barbershop ?

On espère en ouvrir deux autres dans les prochaines années. On se rend compte qu’aujourd’hui, il existe une vraie demande. Les gens sont satisfaits de notre travail et notamment de l’ambiance club créée dans notre salon.

P1090920

Chris – Quelles sont les qualités nécessaires pour être un bon barbier ?

Visagiste, on n’associe pas n’importe quelle barbe à n’importe quel visage. Il faut aller au détail, être force de propositions, patient, perfectionniste et surtout être passionné par son métier.

Stanislas – La barbe est aujourd’hui à la mode.  Pensez-vous qu’un jour la moustache redeviendra ?

Peu de personnes viennent uniquement pour la moustache mais je pense que cette coquetterie aura son actualité comme l’a aujourd’hui la barbe. Aujourd’hui, la moustache est plus distinguant que la barbe et alors, plus compliquée à porter qu’au 19ème et début 20ème siècle. Aujourd’hui, la France est peut-être encore frileuse mais elle commence à se dévergonder.

Les maitres barbiers perruquiers

3 rue des Apennins, 75017 Paris.
Situé entre les Quartiers des Batignolles et Epinettes
Metro Brochant – Ligne 13

Heures d’ouverture:
Du Lundi au Samedi 10h > 20h
Téléphone : Chris 06.10.19.92.78  – Agenda  « on the line »
Fermé le Dimanche.

Tags : InterviewMAITRE BARBIER PERRUQUIER
Claude

L’auteur Claude

Clod, 170 cm sur 70 kilos. Mes pieds s’installent en général dans des baskets ou de temps en temps dans des boots. Mon corps se drape d’un jean étroit du bas (le Chino fait son apparition) et de t-shirt émanant de pays étrangers rapportés en général par mes deux filles. Ma vie s’articule autour du partage et de l’échange. J’aime bien m’entendre dire « je fais ce je veux… », même si ce n’est pas vrai. Je suis un fondu de musique, de culture, de moto, de rencontres, de belles histoires et après de plein d’autres choses !

Ajouter une réponse