close
MI5-635×357
Déjà 20 ans que la licence existe, avec aux commandes pour les 4 premiers : Brian De Palma, John Woo, JJ Abrams et Brad Bird. Pour le 5ème opus, les producteurs ont fait appel à Christopher McQuarrie qui a su appliquer à la lettre une recette qui fonctionne parfaitement.

MI5

4 ans après Protocole Fantôme (2011), on attendait avec une grande impatience cette nouvelle version de Mission Impossible. Plus les années passent, plus la maîtrise du sujet « Mission Impossible » se confirme sur grand écran. C’est à admettre que plus rien ne manque, sans être tout de même parfait, pour atteindre une réussite qui nous ravit du début jusqu’à la fin. Un pur moment de divertissement avec 2h15 de grand spectacle.

Synopsis : L’équipe IMF (Impossible Mission Force) est dissoute et Ethan Hunt se retrouve désormais isolé, alors que le groupe doit affronter le Syndicat. Cette organisation est déterminée à mettre en place un nouvel ordre mondial à travers des attaques terroristes. Ethan regroupe alors son équipe et fait alliance avec Ilsa Faust, agent britannique révoqué, dont les liens avec le Syndicat restent mystérieux. Ils vont s’attaquer à la plus impossible des missions : éliminer le Syndicat.

MISSION: IMPOSSIBLE ‰ÛÒ ROGUE NATION

Le réalisateur : Christopher McQuarrie, notamment connu pour sa collaboration sur le film Usual Suspects et sa très propre réalisation de l’excellent Jack Reacher avec Tom Cruise, applique ici  à la lettre une recette qui marche pour un résultat efficace. Il est capable de proposer une intrigue riche en rebondissements…

Les acteurs : depuis le 4, l’équipe de Mission Impossible s’est affublée de deux acteurs : Jeremy Renner et Simon Pegg qui apportent la dose d’humour humanisant la saga. On retrouve avec grand plaisir Alec Baldwin qui campe le grand patron de CIA et Tom Cruise qui est l’ADN de cette licence dont le personnage d’Ethan Hunt ressemble beaucoup à celui qu’il interprète dans Jack Reacher. Ce qui ne me déplait pas, bien au contraire.

MISSION: IMPOSSIBLE – ROGUE NATION

Maintenant, c’est au tour des méchants : il y a Ilsa Faust (Rebecca Ferguson), qui fait alliance avec Hunt, aussi mystérieuse que vénéneuse et bien trop belle pour être vraie dont il faudra se méfier jusqu’à la fin. Et pour conclure sur la distribution, cette fois-ci Mission Impossible est confronté à Solomane Lane (Sean Harris), ancien des services secrets britanniques. Je ne vous en dirai pas plus.

Mission-impossible-nation

Mission Impossible sans gadget, sans cascade et sans situation improbable d’un autre monde ne serait pas Mission Impossible. Les scénaristes ont dû bien rire à l’écriture. Ils pouvaient, à mon goût, pousser l’imagination encore plus loin s’ils souhaitaient vraiment faire référence à la série.

Le clou de Rogue Nation, c’est le rythme. Une cadence infernale, un enchaînement de scènes pittoresques, en avion, en voiture et en moto entre Minsk en Biolorussie, Vienne, La Havane, Londres et Casablanca au Maroc. les temps morts sont rares. Tout est fluide, sans fin, sans limite ; on retient notre respiration, on rit et c’est hyper divertissant.

Bien entendu, tout n‘est pas parfait. Certains pourront faire la fine bouche et déclarer que le scénario est une belle excuse pour enchaîner les scènes d’action. Mais en même temps, est-ce que ce film a un autre but ?

On ne s’ennuie jamais, on ne se lasse pas et on s’attache toujours autant aux personnages.

Pour conclure, Mission Impossible : Rogue Nation est une belle réussite dégageant beaucoup d’énergie. Impressionnant tant ce film est divertissant et remarquablement réalisé. Humour, gadgets, personnages, scènes d’action font que cette mission est un excellent cru, peut-être même le meilleur épisode de la série.

Mission : Impossible – Rogue Nation
De Christopher McQuarrie – Action / Espionnage
Avec Tom Cruise, Simon Pegg et Rebecca Ferguson

Tags : Christopher McQuarriecinémaEthan HuntfilmMission impossibleMission Impossible Rogue NationTom Cruise
Claude

L’auteur Claude

Clod, 170 cm sur 70 kilos. Mes pieds s’installent en général dans des baskets ou de temps en temps dans des boots. Mon corps se drape d’un jean étroit du bas (le Chino fait son apparition) et de t-shirt émanant de pays étrangers rapportés en général par mes deux filles. Ma vie s’articule autour du partage et de l’échange. J’aime bien m’entendre dire « je fais ce je veux… », même si ce n’est pas vrai. Je suis un fondu de musique, de culture, de moto, de rencontres, de belles histoires et après de plein d’autres choses !

Ajouter une réponse