close

Le premier contrat des Beatles sera vendu aux enchères à New York

Contrat_Beatles-635×396
Ce contrat de six pages  a été signé en 1961 à Hambourg où les Beatles ont fait leur véritable apprentissage.

Contrat_Beatles

C’est à croire que tout ce qui touche aux Beatles, à leur univers, à leurs faits et gestes, se transformera un jour en or ! Oui je dis bien en or.

Tenez, prenez cet exemple, qui encore une fois n’est pas un leurre : nous sommes en 1961, à Hambourg exactement. Les Fab Four font leur apprentissage ; d’autres diront leur premières armes. Enfin quoi, ils débutent réellement. Il sont dans ce port allemand afin d’y enregistrer leur premier disque. Comme tout le monde le sait, qui dit travail dit contrat, contrat bilatéral ou synallagmatique pour les plus érudits, c’est-à-dire accord des deux parties.

Bref de bavardage, ce premier contrat de six pages rédigé en allemand, paraphé par les quatre membres des Beatles (la signature de Paul McCartney, John Lennon, George Harrison est visible, ainsi que celle de Peter Best, leur premier batteur, mais pas celle de Ringo Starr) sera mis aux enchères par la maison Heritage Auctions. Valeur estimée : environ 150 000$.

BEATLES-1961
BEATLES – 1961 – avec Peter BEST

Ce document fait partie d’un des trois cent objets ayant appartenu  au producteur allemand Uwe Blaschke et bientôt vendus aux enchères.

La vente aura lieu à New York après des expos organisés à Beverly Hills et à Dallas.

« Sans ce contrat, qui a conduit à leur collaboration avec le manager Brian Epstein, les Beatles n’auraient sans doute pas pu accéder au succès qu’on connaît (…) c’est le document historique le plus important de la carrière des Beatles à jamais avoir été mis aux enchères » a déclaré Dean Harmeter, de Heritage Auctions, dans un communiqué.

Tags : BeatlescontratGeorge HarrisonHeritage AuctionsJohn LennonPaul McCartneyPeter Best
Claude

L’auteur Claude

Clod, 170 cm sur 70 kilos. Mes pieds s’installent en général dans des baskets ou de temps en temps dans des boots. Mon corps se drape d’un jean étroit du bas (le Chino fait son apparition) et de t-shirt émanant de pays étrangers rapportés en général par mes deux filles. Ma vie s’articule autour du partage et de l’échange. J’aime bien m’entendre dire « je fais ce je veux… », même si ce n’est pas vrai. Je suis un fondu de musique, de culture, de moto, de rencontres, de belles histoires et après de plein d’autres choses !

Ajouter une réponse