close
Ride_depart2-635×436

Il y a des jours où la chance vous sourit. Lorsque le téléphone sonne un soir, je vous rassure pas trop tard et que vous entendez « Bonjour c’est l’agence de presse de Harley Davidson. Seriez-vous disponible à partir du 5 mai pour participer à un ride de 1200 km sur une moto de la gamme Touring en compagnie de confrères (journalistes et blogeurs), avec un départ de Créteil, Siège Harley-Davidson France, pour rejoindre Grimaud où se déroulera l’Euro Festival ? ». Mieux que « la valise RTL » ou « qui veut gagner des millions ?»…

Ride_depart2

Harley Davidson, à travers son agence de Com, me propose en effet de réaliser un rêve de gosse. Il faut absolument que je relise mon horoscope du jour, j’ai dû sauter une ligne. Imaginez ! Ma réponse a été plus rapide que l’éclair ; oui, c’est possible !

Rendez-vous pris. Un accueil chaleureux au siège par Xavier Crépet, directeur marketing et communication Harley Davidson qui me présente brièvement les contours du ride dans l’attente des autres élus. Au total, 8 motards invités, accompagnés par Gérard Staedelin, directeur général France Harley Davidson et Xavier Crépet qui prendront possession d’une monture mécanique pour un départ à 14h.

IMG_2814

Après un repas, une présentation de chacun, le contenu de notre exode et nous découvrons les modèles mis à disposition sur le ride. C’est du lourd, dans tous les sens du terme. Visez plutôt : Road King, Road Glide Spécial, Street Glide Spécial, Ultra Limited, Ultra Low, Ultra Limited CVO, Street Glide CVO et pour clôturer l’inventaire, un Road Glide Ultra CVO. Vous avez compris ! La marque de Milwaukee ne fait pas dans la dentelle et cela n’étonnera personne. Durant tout le voyage, on pourra s’échanger les engins, permettant ainsi de découvrir la dernière famille Touring Harley-Davidson. Sur les conseils de Xavier Crépet, mon premier choix s’oriente vers une nouveauté H-D : l’Ultra Limited Low.

IMG_2813

Imaginez l’image : entre mes jambes un « moulin » de 1690 cm3 et un poids de situation de marche de 414 kg… Mais ce modèle a la particularité de proposer une hauteur de selle de 685 mm permettant à mes 170 cm de poser les deux pieds à plat sur le sol. Rassuré, je le suis et je vais vite comprendre et apprendre que ces motos sont d’une facile accessibilité. On charge les motos, contact, j’enclenche la première « Clonk », filet de gaz et c’est parti. Par chance, la météo ne fait pas grise mine et le rêve américain peut commencer. Nous prenons la Direction de Nitry, en Bourgogne, première étape de 220 km en guise de préambule aux 1200 km qui nous attendent.

Ride_HD

Cette étape qui m’a semblé un peu courte a été une bonne opportunité pour me présenter à mon modèle et lui de même. Croyez moi, nous étions en parfaite harmonie. A priori, tout concordait entre nous. L’établissement qui nous accueillait pour cette première soirée est l’auberge de la Beursaudière à Nitry. Un cadre magnifique et chaleureux où on propose une cuisine de qualité gastronomique faisant la part belle aux produits frais et de saison. Finalement, on a bien fait de s’arrêter.

La deuxième étape nous transpostera de Nitry à Bourbon l’Archambault dans le département de l’Allier en région Auvergne. Cette halte sera l’occasion de déjeuner, après 200 km d’une route pleine de découvertes, au Grand Hôtel Montespan Talleyrant. Pour cette matinée, on me propose d’essayer la Street Glide Spécial alors que je commençais à m’attacher à ma première monture.

Ride_HD2

Je découvre une moto hyper « coupleuse », pas moins de 14 mkg de couple obtenu très tôt. C’est tout simplement génial. Voyager avec elle procure une source de sensations et d’émotions à tous les étages. La Street Glide Special se laisse emmener assez facilement dès qu’on s’élance.  Son poids, 372 kg en état de marche, n’est en rien un handicap, sa facilité de prise en main l’atteste. C’est une véritable machine dédiée au « cruising » ; ça tombe bien car la route est encore longue.

20150506_173333

C’est avec regret que nos lâchons le Grand Hôtel Montespan Talleyrant mais timing oblige car nous devons avaler encore 200 kilomètres pour atteindre la ville où plutôt le Lieu-dit La Garde à Albaret-Sainte-Marie. Sur place, nous attend Le Château D’orfeuillette, un hôtel entre féérie, glamour et romantisme au coeur de la Lozère. Ça promet ! Je décide pour clôturer cette journée de garder La Street Glide. Ce n’est pas encore le coup de foudre mais je suis séduit par sa ligne unique avec cet arrière très bas. A l’intérieur du carénage, le constructeur a installé le système d’info-divertissement Boom Box 6.5 GT. Sous cette appellation, se cache un équipement ultra complet pour prendre en charge radio, MP3- smartphone, GPS… Tout peut se manipuler du bout des pouces sans lâcher le guidon avec les deux joysticks au guidon. Personnellement, je pensais qu’écouter de la musique en moto était réellement superfétatoire. En fait, sur ce genre d’engin, on se laisse vite prendre au jeu et s’entendre chanter à tue-tête.

20150506_101754

Pendant ce trajet post-méridien, je ne peux m’empêcher de penser à ce cadeau que m’offre Harley-Davidson : primo le ride, secundo rouler sur des motos aussi mythiques et tertio, oui il y a un tertio, probablement le plus important, partager ce rêve avec tous ces gens que je ne connaissais pas il y a encore 48 heures. La force naturelle de ce constructeur réside à réunir des êtres différents autour d’une passion et surtout d’une marque, car Harley-Davidson c’est d’abord une marque. Bon, j’arrête là sinon je vais commencer à mouiller mes yeux. Les 200 km qui relient Bourbon l’Archambault à le Lieu-dit La Garde s’effectue sous un temps clément. Nous traversons des paysages uniques que je scrute comme un enfant. J’accroche à mes souvenirs le nom de certaines villes que j’ai réussi à consigner au fond de moi. Le Château D’orfeuillette nous reçoit dans un cadre exceptionnel se situant à une heure de Clermont Ferrand et à seulement deux heures de Montpellier.

P1080880

Il n’y a pas meilleur écrin pour nos montures. Nous ordonnons les motos devant le château, le temps de partager déjà des souvenirs de la route et nos sentiments à propos des motos. Quelques mots sur l’endroit qui se pose à un km de l’autoroute A75 dans un lieu calme et verdoyant. On ne vient pas au Château D’orfeuillette par hasard ; cet endroit il faut venir le chercher. Ce Château se situe en pleine nature et abrite une demeure du XIXème siècle ayant appartenu à un député sénateur lozérien. Si j’ai bien compris, chaque chambre accueille un thème, la mienne celle du romantisme absolu. Une balancelle était suspendue dans un petite pièce qui juxtaposait la pièce principale. Installé sur celle-ci, j’admirais le paysage qui s’offrait à moi : une étendue de verdure, un point d’eau , quelques animaux… Un certain éden se dessinait.

Ride_HD3

Si on fait les comptes, déjà 600 km parcourus et il reste encore autant. Croyez moi, à aucun moment, je ressens la moindre fatigue. Dotées d’un confort incroyable, les  motos avalent la route sans rechigner et sans effort particulier. Comme toutes les bonnes choses ont une fin, nous quittons cette adresse pour entamer une journée qui nous rapprochera du bord de mer… Grimaud – l’Euro Festival. Et c’est parti pour une matinée chargée d’émotions, d’abord aux gorges du Tarn… C’est au guidon d’une magnifique Street Glide CVO jaune enflammée d’orange et de noir que j’empreinte les magnifiques petites routes sinueuses et parfois détériorées où je découvre un panorama exceptionnel, des paysages à couper le souffle. La moto se distingue par une sonorité exceptionnelle et son confort inaccoutumé de pilotage pour ce style d’engin. C’est une véritable prouesse de la part du constructeur américain.

IMG_2849

Que dire du moteur CVO, le top de HD ? On entre dans une autre dimension ; pour ne pas dire une autre galaxie. C’est un Gros Twin Cam 110 de 1800 cm3 qui délivre 98 cv, des chevaux de pure race. Le bicylindre rend 15.8 mkg de couple à 3750 trs… Énorme ! Ce modèle ne fait pas dans la demi-mesure car mise à part tout l’aspect mécanique et technologique de haute volée, la CVO 1800 Street Glide vous en met plein les oreilles ! L’auditorium à bord est digne d’une sono de boîte de nuit. Autour du pilote, pas moins de 600 Watts de musique. Harley a agencé sur ce modèle deux amplis de 300 Watts chacun à quatre canaux, des équalizers statiques et dynamiques et quatre haut-parleurs bi-amplifiés à trois voies à l’avant et à l’arrière.

20150507_083658

C’est une machine au parfum d’exception sur laquelle je vais prendre mon pied jusqu’au prochain arrêt déjeuner, Le Moulin de Corbès, situé dans les Cévennes, entre Anduze et Saint Jean du Gard. Cette pause déjeuner nous permet de réaliser qu’il faudra s’accommoder du soleil ; il cogne comme jamais. Dernière ligne droite, si on peut dire, direction l’Euro Festival. Afin d’être dans les temps, nous décidons de récupérer l’autoroute et c’est à bord d’une Road Glide Spécial que j’entame l’asphalte continue jusqu’à Grimaud. Au départ, cette moto au style particulièrement agressif me semblait atypique pour une Harley. Mais si on creuse un peu, on découvre une merveille ! La Road Glide Special détourne tous les regards sur son passage, sa tête de fourche focalise toutes les attentions, bonnes et moins bonnes. Elle ne laisse personne indifférent. L’assise est très basse (696 mm) et le guidon présente une configuration assez tourmentée mais qui tombe bien sous les mains. A l’arrêt, on redécouvre que le tête de fourche est solidaire du cadre et non pas de la fourche comme sur la Street Glide. J’avale avec cette Special les derniers kilomètres d’autoroute et de routes sinueuses nous reliant à Grimaud.

P1080852

L’entrée dans la cité me scotche littéralement. Je découvre une ville sous pavillon Harley-Davidson. La couleur du blason de Milwaukee est omniprésente. A ce moment précis, j’essaie de me mettre à la place des deux dirigeants qui nous ont accompagnés durant ce « trip ». Que ressentent-ils à la vue de tous ces étendards ? On a l’impression d’entrer dans une ville qui vient d’être libérée… Comment une marque peut-elle propager une passion ou une affection comme celle que je vis actuellement ? C’est saisissant de bonheur.

Ride_HD4

L’arrivée dans l’antre du Festival m’avise de la dimension de l’événement. Une bonne partie de l’Europe s’est déplacée en Harley pour vivre un événement exceptionnel. Je découvre les yeux grands ouverts des motos rares, où l’imagination de certaines espèces surpasse largement les frontières d’un cerveau reptilien. Des centaines de motos sont arrimées devant des bungalows. Le son spécifique de la marque fait partie du bourdonnement ambiant. C’est un régal pour les yeux et pour les oreilles. Les motards sont tous accueillants. Je dialogue où plutôt bredouille avec certains, parfois en anglais, en espagnol ou en italien. J’ai rencontré un cubain vivant en Autriche faisant modifier sa monture en Pologne. A votre avis, en quelle langue j’ai dû parler ? Croyez moi, du moment qu’on parlait moto ou plutôt Harley, la barrière de la langue est rapidement tombée.

P1080976

Je l’avoue, j’entre dans la troisième dimension. Je décolle littéralement. J’aimerais posséder la faculté de nos amies les mouches avec leurs grands yeux aux multiples facettes composés de 3 000 lentilles individuelles leur assurant un champ de vision de 360°. De plus, elles peuvent gérer 200 images à la seconde. Quand je vous dis que je suis entré dans la troisième dimension… C’est sûrement l’effet du voyage… Je suis enfin fatigué ! Il me faudra du temps pour revenir sur terre.

Ride_HD5

Non, je ne vais pas vous abandonner sans vous dérouler le contenu de cet Euro Festival 2015 : cet évènement célèbre chaque année la passion de la liberté et du chrome aux vibrations des plus célèbres groupes de Rock. Cette année, The Stranglers, Johnny Gallagher et The Darkness entre autres étaient à l’affiche se mêlant à une foule venue de toute l’Europe. Ce rendez-vous devenu incontournable réunit près de 9000 motos sillonnant le golfe de St Tropez. Puisque nous parlons chiffres, tenez-vous bien : c’est plus de 30 000 personnes qui se déplacent dans le Golfe de St Tropez chaque année à la même époque pour vivre l’esprit 100% Harley.

20150508_193754

Un bon conseil : si vous souhaitez vivre un long week-end de folie, réservez votre place à l’Euro Festival 2016. Reformatez votre mémoire, car de la place il en faudra pour tout enregistrer.

Ride_HD6

Ces quelques lignes pour remercier chaleureusement Harley-Davidson France pour l’accueil qui m’a été réservé. Je pense notamment à Gérard Staedelin et Xavier Crépet qui m’ont permis d’accéder à ce rêve de gamin.

J’ai une pensée très amicale pour mes camarades du Ride : Ann, Serge, Laurent, Maxime, Yoann, Charles et Enguerrand. Merci de m’avoir accompagné pour mon premier Ride Harley.

Toutes les fiches techniques des motos du « ride »

P1080943

Tags : Euro FestivalGérard StaedelinHARLEY DAVIDSONmotoXavier Crépet
Claude

L’auteur Claude

Clod, 170 cm sur 70 kilos. Mes pieds s’installent en général dans des baskets ou de temps en temps dans des boots. Mon corps se drape d’un jean étroit du bas (le Chino fait son apparition) et de t-shirt émanant de pays étrangers rapportés en général par mes deux filles. Ma vie s’articule autour du partage et de l’échange. J’aime bien m’entendre dire « je fais ce je veux… », même si ce n’est pas vrai. Je suis un fondu de musique, de culture, de moto, de rencontres, de belles histoires et après de plein d’autres choses !

1 commentaire

Ajouter une réponse