close
Tina-Weymouth_1978-304×456

Ce groupe américain commence réellement sa carrière en 1977 avec son premier album intitulé simplement : « Talking Heads».

Rapidement plébiscité par la scène New Wave New Yorkaise, Talking Heads va se lier à Brian Eno. Ce dernier s’est fait connaître en tant que membre du sophistiqué groupe de Brian Ferry « Roxy Music ». Adepte de John Cage, Brian Eno est l’un des pionniers de la musique électronique. Il va produire le quatrième album de Talking Heads «Remain in light » sorti fin 1980 où figure le titre « once in the lifetime ».

 Ce morceau est tout à fait représentatif des évolutions musicales de cette fin des seventies. La trame est résolument dansante, avec une rythmique basse/batterie « funky » entêtante, soutenue par des boucles samplées et des percussions africaines.

Les musiciens du groupe : David Byrne – chant/guitare, Chris Frantz – batterie, Jerry Harrison – chant/clavier et Tina Weymouth – basse vont à travers «Once in the lifetime », contribuer à l’émancipation de cette musique moderne. De fait, le titre va rapidement squatter les charts et envahir les discothèques.

Tina-Weymouth_1978
Tina Weymouth – Guitare Basse

A noter que c’est en Europe, en Australie et au Canada que le titre « once in the lifetime » aura le plus de succès à sa sortie. Peut être un peu trop « avant gardiste » pour les USA ?

En 2003, le magazine « Rolling Stone » classe tout de même l’album « Remain in Light » 129ème des 500 meilleurs albums de tous les temps.

Dans l’ensemble, le texte est quelque peu « Dylannien », affichant une distance ironique et une sorte de « désorientation postmoderne ». Sur les couplets, le vocal est parlé plus que chanté. Quant au refrain, il est dans la plus pure tradition pop/rock : mélodie évidente chantée à plusieurs voix, guitares en soutien …

Extrait:

Couplet

And you may find yourself living in a shotgun shack

Et tu peux te retrouver vivre dans une cabane avec des flingues

And you may find yourself in another part of the world

Et tu peux te retrouver dans une autre partie du monde

And you may find yourself behind the wheel of a large

Et tu peux te retrouver derrière le volant d’une grosse voiture

And you may find yourself in a beautiful house, with a beautiful wife

Et tu peux te retrouver dans une belle maison, avec une belle épouse

And you may ask yourself

Et tu te demanderas peut-être

Well… how did I get here?

Ok… comment en suis-je arrivé là ?

Refrain

Letting the days go by, let the water hold me down

Laissant les jours filer, laisse l’eau me tenir au fond

Letting the days go by, water flowing underground

Laissant les jours filer, l’eau coulant sous terre

Into the blue again, after the money’s gone

Immergé encore dans la mer une fois que le fric a disparu

Once in a lifetime, water flowing underground

Une fois dans une vie, l’eau coulant sous terre

Un de mes vrais plaisirs a toujours été de « mettre à fond » les dernières mesures du titre, quand arrive ce riff saturé qui accompagne le shunt jusqu’à la fin.

A l’écoute aujourd’hui, je trouve que ça « pulse » encore pas mal !

Tags : Brian EnoBrian FerryDavid ByrneJohn CageNew WaveRemain in lightRolling StoneRoxy MusicTalking Heads
Claude

L’auteur Claude

Clod, 170 cm sur 70 kilos. Mes pieds s’installent en général dans des baskets ou de temps en temps dans des boots. Mon corps se drape d’un jean étroit du bas (le Chino fait son apparition) et de t-shirt émanant de pays étrangers rapportés en général par mes deux filles. Ma vie s’articule autour du partage et de l’échange. J’aime bien m’entendre dire « je fais ce je veux… », même si ce n’est pas vrai. Je suis un fondu de musique, de culture, de moto, de rencontres, de belles histoires et après de plein d’autres choses !

Ajouter une réponse