close

Paul McCartney déconcerté que des élèves suivent des cours sur les Beatles

no thumb

Lors d’une séance de questions-réponses sur son site Internet, Paul McCartney dit trouver « ridicule » qu’on donne des cours sur les Beatles

À 72 ans et après plus de 50 ans de carrière, Paul McCartney reste  très proche de ses fans. Assidûment, l’ex bassiste des Beatles communique avec eux, notamment par le biais de son site internet. Lors d’une récente session, l’un des participants a évoqué le fait qu’il suivait des cours sur les Beatles à l’université… Paul McCartney a expliqué qu’il trouvait « ridicule » mais en même temps « très flatteur » que les Beatles soient étudiés sur les bancs de la fac. Il s’explique en soulignant que les 4 de Liverpool n’ont jamais étudié les artistes qu’ils aimaient et que la véritable étude se trouvait dans l’écoute.

Paul McCartney renchérit « Nous aimions juste la musique populaire : Elvis, Chuck Berry, Little Richard, Fats Domino, etc. Et il ne s’agissait pas de « l’étudier ». Je pense qu’on avait l’impression que ça nous aurait ruiné le plaisir, de l’étudier. On voulait se faire notre avis juste en l’écoutant. Notre étude c’était l’écoute. Mais si on nous avait dit – comme on me l’a dit il y a quelques années – que les Beatles se trouveraient dans le livre d’histoire de mon gamin ? Je me serais dit : « Quoi ! C’est pas possible, mec ! Vous imaginez, quand vous étiez à l’école, vous retrouver dans un livre d’histoire ! » 

Pour Paul McCartney  l’apprentissage de l’histoire de la musique ne permet pas de devenir un grand musicien. Il pense que cela est intéressant d’un point de vue culturel : « En même temps, je ne pense pas qu’on puisse devenir un grand artiste pop en apprenant la pop ; on peut l’utiliser pour en apprendre l’histoire. Mais je ne pense pas qu’on puisse aller à la fac et en sortir comme Bob Dylan. Quelqu’un comme Bob Dylan, ça ne se construit pas »…

Tags : Beatlesbob dylancours sur les BeatlesPaul McCartney
Claude

L’auteur Claude

Clod, 170 cm sur 70 kilos. Mes pieds s’installent en général dans des baskets ou de temps en temps dans des boots. Mon corps se drape d’un jean étroit du bas (le Chino fait son apparition) et de t-shirt émanant de pays étrangers rapportés en général par mes deux filles. Ma vie s’articule autour du partage et de l’échange. J’aime bien m’entendre dire « je fais ce je veux… », même si ce n’est pas vrai. Je suis un fondu de musique, de culture, de moto, de rencontres, de belles histoires et après de plein d’autres choses !

Ajouter une réponse