close
no thumb

En effet  ce film parodique racontant de façon burlesque une tentative d’assassinat du leader coréen Kim Jong-un par des « agents américains » a fait l’objet de menaces sur le web jugées sérieuses.

Au moment ou les Studios Sony viennent d’annuler la sortie du film de James Franco et Seth Rogen par crainte d’attentats suite à des menaces terroristes, il est bon de rappeler que dans le passé, nombre de films ont subit l’ire de l’étranger.

Le plus emblématique est sans aucun doute « Le Dictateur ». Sortie en 1940 au moment où Adolf Hitler termine sa conquête de l’Europe, Charlie Chaplin y caricature le leader allemand. Ce dernier interdit immédiatement la comédie. Le film ne pourra être projeté en Allemagne qu’en 1945.

En 1993 Steven Spielberg voit sa « Liste de Schindler » interdite en Indonésie, sous prétexte que «le film n’avait aucun intérêt pour le pays». Il s’avère que la vraie raison semble être que les autorités indonésiennes ne désiraient pas que la population ressente de la sympathie envers le peuple juif.

En 2012, le film de Ben Affleck « Argo » voit l’Iran porter plainte contre Hollywood. Mohammad Hosseini responsable de la culture en Iran dénonce alors «ce film anti-Iran qui manque de valeur artistique »

Encore en 2012, qui aura décidément été riche en tensions internationales, « Zéro Dark Thirty » film de Katryn Bigelow qui traite de la traque de « Ben Laden » a été censuré par le Pakistan. Les autorités ont crié « à la mise en scène américaine ».

Cette liste n’est bien sûr pas exhaustive.

Ces quelques exemples de censures, ou de tentatives de censures, montrent bien que le cinéma, comme d’autres formes artistiques, reste un vecteur de communication international qui fait toujours grincer des dents aux dictatures de tous poils.

 

 

 

 

Tags : ArgoBen AffleckCharlie ChaplinhollywoodIndonésieIranKatryn BigelowLe dictateurliste de schindlerPakistanSteven SpielbergZéro Dark Thirty
Claude

L’auteur Claude

Clod, 170 cm sur 70 kilos. Mes pieds s’installent en général dans des baskets ou de temps en temps dans des boots. Mon corps se drape d’un jean étroit du bas (le Chino fait son apparition) et de t-shirt émanant de pays étrangers rapportés en général par mes deux filles. Ma vie s’articule autour du partage et de l’échange. J’aime bien m’entendre dire « je fais ce je veux… », même si ce n’est pas vrai. Je suis un fondu de musique, de culture, de moto, de rencontres, de belles histoires et après de plein d’autres choses !

Ajouter une réponse