close
0-31

Il est temps de parler des Rolling Stones… En 1969, Mick Jagger et sa bande cherchaient un abri…  

Sorti en 1969, l’album « Let it Bleed » est considéré par les fans inconditionnels des Stones dont je fais partie, comme l’aboutissement absolu de leur génie, regroupant toute la somme de leurs influences : blues, country, folk, soul, rock…

« Let it Bleed » est, jusque dans sa pochette, la démonstration définitive de leur démoniaque, mainmise sur le rock ‘n’ roll .

Le titre « Gimme Shelter » ouvre le bal : intro de guitares de Keith Richard, étouffante et en équilibre précaire sur le beat, backing vocal en « ouh ouh », technique inaugurée avec Sympathie for the Devil dans le précédent album Beggars Banquet, percussions légères et piano simplissime, puis entrée fracassante du heavy drum de Charlie Watt en même temps que la basse frémissante de Bill Wymann.

Brian Jones est encore de ce monde, mais ne fait déjà plus partie du jeu. A partir de là, Mick Jagger prend les choses en mains éructant d’un chant puissant un texte aux images violentes : rape, murder, it’s just a shoot away…

Nous sommes en 1969 et le monde est (déjà ou de nouveau) très dangereux : guerre du Vietnam, assassinat d’hommes politiques, guerre froide avec menace de guerre nucléaire, manifestations étudiantes tournant en émeutes etc.. Même les concerts sont dangereux ; les Stones en feront l’amère expérience au festival d’Altamont en Californie quelques temps après.

Jagger est secondé par la chanteuse Merry Clayton qui vocalise avec lui presque du début à la fin, ajoutant une dimension « soul » quelque peu déroutante, car Jagger n’avait jusqu’à présent jamais permis à personne de prendre le « lead » à sa place.

Pour la petite histoire, les Stones auraient fait venir Merry Clayton, choriste renommée, au studio pour enregistrer sa partie vocale en pleine nuit. Cette dernière n’étant au courant de rien deux heures avant, aurait fait son « job » et serait repartie comme elle était venue.

Espérons que Les Rolling Stones ont su se montrer gentlemen et lui ont au moins payé le taxi pour renter.

Apparaissant en 38ième position dans le classement des 500 meilleures chansons de tout les temps par le magazine « Rolling Stones », « Gimme Shelter » est une des références incontournables du rock des seventy’s.

Please play loud…

 

Tags : Bill WymannCharlie WattGimme ShelterKeith RichardLet it BleedMick JaggerRolling Stones
Claude

L’auteur Claude

Clod, 170 cm sur 70 kilos. Mes pieds s’installent en général dans des baskets ou de temps en temps dans des boots. Mon corps se drape d’un jean étroit du bas (le Chino fait son apparition) et de t-shirt émanant de pays étrangers rapportés en général par mes deux filles. Ma vie s’articule autour du partage et de l’échange. J’aime bien m’entendre dire « je fais ce je veux… », même si ce n’est pas vrai. Je suis un fondu de musique, de culture, de moto, de rencontres, de belles histoires et après de plein d’autres choses !

Ajouter une réponse