close
0-25

Michel ZACHA est un artiste français des années 70 brièvement connu du grand public pour avoir repris le rôle que tenait Julien Clerc dans la comédie musicale Hair.

 Après cet avatar, sa production musicale sera plus discrète mais également plus personnelle.

Explorant des courants musicaux plus proches de David Crosby et de son « If i could only remember my name » ainsi que de James Taylor dont il fera une reprise de « fire and rain » plutôt réussie, Michel Zacha nous entraine tranquillement dans ses « trip » au gré d’arrangements éthérés ou de guitares virtuoses tenues par Jean Pierre Alarcen.

Michel Zacha a toujours été passionné par le son. Je me souviens avoir assisté avec quelques amis à un de ses concerts à Paris au milieu des années 70 où devant une centaine de fans, il joua pour notre plus grand plaisir les titres de « la nuit des cigales » armé de sa seule guitare acoustique et accompagné par un système de bandes préenregistrées, ce qui à l’époque était très novateur et précurseur. A l’aube des années 80, Michel Zacha se consacre à la production d’autres artistes, pour ne citer qu’eux : Jean Louis Murat, Jacques Higelin, Kent… Il y gagne une réputation de « sorcier du son ».

 Issue de l’album vol 1 « la nuit des cigales » de la trilogie « Promesses d’Atlantide « , « les cigales » est un titre au texte poétique (Michel Zacha a obtenu une licence de lettres classiques), un peu daté diront certains, mais qui reflète bien l’ambiance du moment et qui n’a rien à envier à la production anglo-saxonne de l’époque.

Il n’existe à ce jour pas de réédition en CD.

Écoutez – goûtez – croquez et savourez

Tags : Hairla nuit des cigalesMichel ZACHAPromesses d’Atlantide
Claude

L’auteur Claude

Clod, 170 cm sur 70 kilos. Mes pieds s’installent en général dans des baskets ou de temps en temps dans des boots. Mon corps se drape d’un jean étroit du bas (le Chino fait son apparition) et de t-shirt émanant de pays étrangers rapportés en général par mes deux filles. Ma vie s’articule autour du partage et de l’échange. J’aime bien m’entendre dire « je fais ce je veux… », même si ce n’est pas vrai. Je suis un fondu de musique, de culture, de moto, de rencontres, de belles histoires et après de plein d’autres choses !

Ajouter une réponse