close

Il récupère sa Jaguar Type E, volée il y a 46 ans !

0-10

Permettez moi de parler de miracle même si il n’est pas lié à la religion. Il me semble que l’histoire qui suit peut s’y apparenter… Oui je le crois.

Son propriétaire n’en revient toujours pas ! Une Jaguar Type E cabriolet, volée il y a quarante-six ans à New York, vient d’être retrouvée au large de la côte ouest des États Unis, dans un cargo en route pour les Pays-Bas. « C’est un miracle, un miracle. J’avais 36 ans, j’en ai maintenant 82″. Voici les propos d’Ivan Schneider, retraité installé en Floride, lorsque le service des douanes californien lui a annoncé la nouvelle.

La fabuleuse Jaguar Type E de 1967 avait été volée devant chez lui, à Manhattan (N.Y), dans la nuit du 13 au 14 mars 1968. Son prix à l’époque  était de 5 000 dollars. Elle en vaut aujourd’hui, au vu de son état, environ 24 000 dollars (18 300 euros). Aujourd’hui, pour un bel exemplaire, les cotations peuvent atteindre 100 000 dollars (77 400 euros).

Découverte par les douaniers lors d’un simple contrôle de routine

C’est lors d’une vérification de routine du fichier des voitures volées, alors que le cargo avait déjà quitté le port de Long Beach (Californie), que les douanes ont constaté que la Jaguar s’y trouvait. Le cargo a dû revenir au port pour la restituer, ainsi que quatre autres véhicules volés. Ivan Schneider, amateur de belles carrosseries en a depuis possédé bien d’autres. Mais celle-ci était sa préférée a confié cet ancien avocat. « Je l’avais achetée neuve. Je me levais parfois à 4 ou 5 heures du matin le samedi ou le dimanche pour la « pousser » à 140-160 km/h sur l’autoroute. » a t-il raconté.

Sa première intention est de la remettre en état. Alors on y croit ou pas au miracle ?

 

Tags : Ivan SchneiderJaguar Type-Evoiture de collectionvoiture volée
Claude

L’auteur Claude

Clod, 170 cm sur 70 kilos. Mes pieds s’installent en général dans des baskets ou de temps en temps dans des boots. Mon corps se drape d’un jean étroit du bas (le Chino fait son apparition) et de t-shirt émanant de pays étrangers rapportés en général par mes deux filles. Ma vie s’articule autour du partage et de l’échange. J’aime bien m’entendre dire « je fais ce je veux… », même si ce n’est pas vrai. Je suis un fondu de musique, de culture, de moto, de rencontres, de belles histoires et après de plein d’autres choses !

Ajouter une réponse