close
0-10

Encore au 21e siècle, nombreuses sont les personnes attachées au format de la cassette audio, beaucoup moins encombrant qu’un CD. Rappelez-vous de ces heures passées devant votre poste à guetter le dernier tube de l’été, espérant que le morceau ne soit pas coupé en plein milieu par la pub afin de l’enregistrer. Ou bien ces frayeurs au moindre bruit suspect laissant penser que votre bande était en train de se faire la malle. Ces moments avaient leurs charmes après tout…

La preuve en est : La deuxième édition « Cassette Store Day » qui a eu lieu samedi au Royaume-Uni et aux États-Unis, a pour objectif de raviver l’intérêt des gens pour ces supports obsolètes, que sont la cassette audio et la cassette vidéo VHS ou Betamax,  par le biais de nouvelles sorties et d’événements spéciaux.

Nous vous livrons une vidéo ainsi que deux témoignages à propos de la deuxième édition  « Cassette Store Day »

 

Jeune femme : « Il s’agit d’un produit tangible qui se partage et s’échange facilement, c’est une bonne façon d’enregistrer de la musique pas trop chère. Ce n’est pas numérique, les gens recherchent justement une alternative au numérique, car cela permet aux gens de vivre un retour en arrière, alors que la musique était alors encore tangible ».

Jeune homme : « Je télécharge et utilise Spotify entre autres. Cet événement est fait pour les collectionneurs. En fait je n’ai pas vraiment une grande collection mais cet événement, l’année dernière et cette année, m’y a justement fait penser ».

« C’est même énervant, car cela pose tout de même certains problèmes ; ce n’est surement pas l’idéal pour s’y mettre, mais c’est sympa de pouvoir y avoir accès et de faire quelque chose d’aussi nostalgique. C’est d’ailleurs ça le facteur le plus important. Quand j’y repense c’est vraiment ça : nostalgique et amusant».

Traduction témoignages vidéo : Charlotte Graff

Tags : Betamaxcassette audioCassette Store Day"cassette vidéo VHSRough Trade store
Claude

L’auteur Claude

Clod, 170 cm sur 70 kilos. Mes pieds s’installent en général dans des baskets ou de temps en temps dans des boots. Mon corps se drape d’un jean étroit du bas (le Chino fait son apparition) et de t-shirt émanant de pays étrangers rapportés en général par mes deux filles. Ma vie s’articule autour du partage et de l’échange. J’aime bien m’entendre dire « je fais ce je veux… », même si ce n’est pas vrai. Je suis un fondu de musique, de culture, de moto, de rencontres, de belles histoires et après de plein d’autres choses !

Ajouter une réponse