close
loveisall-2

Dans une ambiance colorée et joyeuse, une sympathique grenouille hippie qui se prend pour Jésus se ballade avec une guitare et diffuse son message d’amour en  chantant  à tue-tête  « love is all, love is all… » Dessin animé culte, chanson culte.

Je sais que pour certains, cet air évoque une musique de pub pour un sirop et pour d’autres, les Beatles. Autant la pub pour le sirop, je vous l’accorde car on en a soupé tandis que pour les Fab Four, ils n’y sont absolument pour rien. Pour ma pomme, il évoque surtout une mire qui était utilisée pour pallier les problèmes techniques sur la « deuxième chaine » de ma TV : Antenne 2. Sa diffusion était réellement aléatoire  et imprévisible, ce qui contribuait à rendre l’animation légendaire à cette époque. Je crois, sans trop me tromper, qu’on peut attribuer la popularité de « Love is all » en France au dessin animé qui y est associé.

loveisall-2

Alors bassiste de Deep Purple, le gallois Roger Glover, à qui l’on doit aussi le titre « Smoke on the water »  remporte en 1974 un succès intersidéral avec ce remarquable « Love is all », titre phare de son album solo « The Butterfly Ball » qu’on peut qualifier de concept. Roger Glover atteint alors le comble de sa carrière solo. Sur cet album, on retrouve plusieurs artistes d’horizons différents : Eddie Hardin, David Coverdale (Deep purple), Glenn Hughes, Ronnie James Dio (ex-chanteur de Black Sabbath)…

Loveisall-1

Attention tout de même. La genèse du concept albulm : Glover a été approché par l’artiste Alan Aldridge pour la création d’une adaptation musicale à partir du livre « The Butterfly Ball and the Grasshopper’s Feast » du poète William Plomer. Cette demande l’a surpris mais il l’a néanmoins acceptée. « Love is all » fait partie des chansons de cette adaptation musicale. Aujourd’hui, le clip peut sembler kitsch oui, mais je crois qu’il  remplira de bonheur plusieurs générations.

Tags : animationDeep purpleLa chanson du jourlove is allRoger GloverVintage
Claude

L’auteur Claude

Clod, 170 cm sur 70 kilos. Mes pieds s’installent en général dans des baskets ou de temps en temps dans des boots. Mon corps se drape d’un jean étroit du bas (le Chino fait son apparition) et de t-shirt émanant de pays étrangers rapportés en général par mes deux filles. Ma vie s’articule autour du partage et de l’échange. J’aime bien m’entendre dire « je fais ce je veux… », même si ce n’est pas vrai. Je suis un fondu de musique, de culture, de moto, de rencontres, de belles histoires et après de plein d’autres choses !

Ajouter une réponse