close
ntm-fac-manchester

Si je vous annonce qu’il existe une université qui intègre les oeuvres de NTM dans un cours consacré à la musique contestataire française !  incroyable n’est ce pas ? Cette université, elle existe bien, c’est celle de Manchester en Angleterre qui est connue pour son offre pédagogique originale .

ntm-fac-manchester

Objectif : découvrir l’histoire politique ou encore économique de la France grâce à la musique et de prouver à quel point la musique a un impact sur la société et surtout en quoi elle la reflète. Depuis l’année dernière, Barbara Lebrun, enseignante au département d’étude française et ancienne étudiante de l’université de Rouen et d’Aix-en-Provence, œuvre sur ce nouveau cours “La musique contestataire en France”. Elle propose aux élèves de découvrir différents aspects de l’Hexagone, qu’ils soient historiques, politiques, économiques, sociaux, ou encore raciaux. A priori efficace !

gainsbourg1

Le cours s’attarde sur 3 cas qui ne sauraient nous déplaire : Georges Brassens, “le poète”, Serge Gainsbourg, “le génie provocateur aux multiples talents” et NTM. Il propose des analyses de clips, présentation des contextes historique et social dans lesquels ces artistes s’inscrivent ainsi que des études de textes (interviews des artistes – paroles des chansons).

m_167636986_0

Parmi les trois “cas d’études”, la présence de NTM reste la plus emblématique. Kool Shen et Joey Starr à travers NTM, groupe de rap « banlieusard », contestataire par nature, accèdent à une reconnaissance académique dans une faculté qui a ouvert l’an dernier un centre d’étude sur la culture gothique. Quoi de plus honorifique ?

La question qui se pose : alors que des cours « marqués » hip-hop studies  pullulent dans le monde, à quand la même chose en France ? Imaginez un cours « NTM » en France, faire une disserte sur ce propos…  Il va falloir y penser.

 

Tags : Barbara LebrunKool Shen et Joey StarrNTMUniversité de Manchester
Claude

L’auteur Claude

Clod, 170 cm sur 70 kilos. Mes pieds s’installent en général dans des baskets ou de temps en temps dans des boots. Mon corps se drape d’un jean étroit du bas (le Chino fait son apparition) et de t-shirt émanant de pays étrangers rapportés en général par mes deux filles. Ma vie s’articule autour du partage et de l’échange. J’aime bien m’entendre dire « je fais ce je veux… », même si ce n’est pas vrai. Je suis un fondu de musique, de culture, de moto, de rencontres, de belles histoires et après de plein d’autres choses !

Ajouter une réponse