close
edward-hopper-western-motel-1957-1374881801_org-810×487

Edward Hopper revient là où on ne l’attendait pas, au cinéma.

-1374881801_org-810x487
edward-hopper-western-motel-1957

Edward-hopper-western-motel-1957

shirley6-810x452
Shirley : Visions of reality

C’est le réalisateur autrichien Gustav Deutsch, ancien architecte, grand admirateur tout comme moi de l’oeuvre d’Hopper, qui a décidé de projeter sur grand écran 13 tableaux du peintre américain pour un dialogue entre peinture et cinéma. Edward hopper peint et colorie l’âme humaine dans sa propre solitude, souvent des femmes, surtout sa femme. Attentif au changement de la société américaine, ses peintures dressent un tableau de la classe moyenne des années 30 aux années 50. Combien de fois ai-je été transporté dans ses œuvres ? Le maître a toujours eu la délicatesse de m’intégrer sur sa toile ; je suis avec ses personnages.

shirley4-810x455
Shirley : Visions of reality
sunlight-on-brownstones-810x672
Edward Hopper – sunlight-on-brownstones

On peut qualifier la tentative du réalisateur de singulière, même d’extraordinaire ! Il crée avec « Shirley : Visions of reality » un prolongement de l’œuvre d’Hopper. Presque une renaissance… Ce projet m’émeut car ma passion pour ce peintre est sans borne. A l’arrivée, un projet captivant à mi-chemin entre la peinture et le cinéma qui raconte l’histoire de Shirley, une actrice dont l’histoire est racontée d’une toile à l’autre. Un réalisateur qui fait vivre les personnages d’Hopper…  Je dis bravo.

Savez-vous dans quel film célèbre apparaît une maison largement inspirée d’une toile d’Hopper ?

Shirley-21-810x455
Shirley : Visions of reality
hotel-room-49958768-810x738
Edward Hopper – hotel-room

Le film  « Shirley : Visions of reality » au cinéma en septembre 2014

Tags : artcinémaedward hopperpeintureShirley : Visions of realityVintage
Claude

L’auteur Claude

Clod, 170 cm sur 70 kilos. Mes pieds s’installent en général dans des baskets ou de temps en temps dans des boots. Mon corps se drape d’un jean étroit du bas (le Chino fait son apparition) et de t-shirt émanant de pays étrangers rapportés en général par mes deux filles. Ma vie s’articule autour du partage et de l’échange. J’aime bien m’entendre dire « je fais ce je veux… », même si ce n’est pas vrai. Je suis un fondu de musique, de culture, de moto, de rencontres, de belles histoires et après de plein d’autres choses !

Ajouter une réponse