close
7767815485_les-membres-du-groupe-de-rock-telephone-le-8-octobre-1984-635×417

En 1976, Alors qu’Agatha Christie nous lâche en plein mois de janvier, Concorde entame son premier vol commercial en février, Apple computer fait son apparition en avril, le mois de mai sera pour le premier tirage du loto, la sècheresse nous réchauffe bien à partir de juin Paul Morand et Fritz Lang se donnent le mot et décident de nous quitter en été, rattrapés quelques mois plus tard par Mao qui est lui même rejoint par Gabin… Mais c’est en novembre qu’apparaît un nouveau groupe musical français de surcroit. Le nom TÉLÉPHONE !

7767815485_les-membres-du-groupe-de-rock-telephone-le-8-octobre-1984

Ce quatuor est composé de Jean-Louis Aubert, un chanteur doté d’une présence « Jaggerienne », Louis Bertignac, un guitariste fantastique, Richard Kolinka, un batteur monté sur pile, et un petit bout de femme, Corine Marienneau, bassiste (« Je ne suis pas bassiste ; je suis bassiste de Téléphone » Qui ne connait pas cette phrase ne peut pas bien connaître Corine !).

Jean-Louis Aubert

Téléphone devient le groupe de rock français qui avec leur son sans concession inspiré des groupes anglais, font sensation partout où ils passent. On sent bien qu’il se passe quelque chose, qu’un grand gang de rock’n’roll est en train de naître. Le 26 mars 1977, à l’initiative de la RATP, le groupe donne un concert gratuit au métro République. En résulte un énorme embouteillage et le blocage de la ligne. Et là c’est parti, le groupe aligne les hits, largue du rock sur une France trop longtemps assoupie. Les radios passent à longueur de journée « Hygiaphone », « La Bombe Humaine », « Ça, c’est vraiment toi », « Un autre monde », « Cendrillon » et tout le toutim Téléphone. C’est bon, le groupe se fait même entendre dans toute l’Europe.

000par6357704

Comme le clame haut et fort Catherine Ringer, les histoires d’amour finissent mal en général, le groupe téléphone se sépare au bout de 10 ans d’existence, en 1986. Je ne vais renter dans des projections de reformation du groupe, la rumeur court depuis très longtemps comme pour les Beatles ;-). Il y a eu un ébahissement  dans une boite parisienne que Monsieur Vintage affectionne particulièrement ; le BUS PALLADIUM où, à la surprise générale, Jean-Louis Aubert, Louis Bertignac et Richard Kolinka ont investi la scène pour un petit concert improvisé en octobre 2013. Mais depuis silence radio. Je sais que certaines chaines de télévision paieraient cher même très cher pour revoir le groupe se reformer.

115959723

Pour la chanson du jour, mon choix s’oriente sur « un autre monde » un des plus grands succès publics. Sorti en 1984, il clôture l’album du même nom. Le cœur de cible de la chanson est sans doute une jeunesse qui trouve ici, un appel à l’évasion, ou l’évocation de possibles lendemains qui chantent issus de révoltes régénératrices condamnant de façon certaine un monde détesté pour son matérialisme. Le message fait mouche immédiatement.

Tags : "Un autre mondeCorine Marienneauean-Louis AubertLa chanson du jourLouis BertignacmusiqueRichard KolinkaTéléphoneVintage
Claude

L’auteur Claude

Clod, 170 cm sur 70 kilos. Mes pieds s’installent en général dans des baskets ou de temps en temps dans des boots. Mon corps se drape d’un jean étroit du bas (le Chino fait son apparition) et de t-shirt émanant de pays étrangers rapportés en général par mes deux filles. Ma vie s’articule autour du partage et de l’échange. J’aime bien m’entendre dire « je fais ce je veux… », même si ce n’est pas vrai. Je suis un fondu de musique, de culture, de moto, de rencontres, de belles histoires et après de plein d’autres choses !

Ajouter une réponse