close

Cent ans de Greyhound, le lévrier symbole de l'Amérique « on the road »

BUS3

BUS3

La société d’autobus Greyhound qui transporte tous les ans presque 20 millions de personnes fut créée en 1914. Un émigré suédois de 27 ans, Carl Wickman, fut licencié de la société minière dans laquelle il travaillait. Il tenta fortune comme vendeur d’automobiles. Mais le suédois n’est pas le meilleur des vendeurs alors il eut l’idée de proposer à la société minière qui l’avait licencié un service de navette avec ses voitures invendues : transporter les mineurs du village dortoir de Hibbing (dans le nord-ouest du Minnesota) à la mine afin de gagner beaucoup de temps. Ce fut un vrai succès commercial.

bus_greyhound_1680x1050_24847

Greyhound a bercé les illusions de générations et est entré dans la culture populaire. Qui n’a pas rêvé de traverser les Etats Unis coast to coast, que ce soit en voiture, en moto ou en bus ? Depuis 100 ans, les bus Greyhound transportent tous les espoirs et le désespoir de l’Amérique. Dignes successeurs du célèbre Pony Express les Greyhound ont supplanté le train et  Ils ont vite fait oublier l’auto-stop qui reste trop risqué. Génération après génération, le Greyhound vous transporte tous les ans vers 3800 destinations de l’Océan Pacifique à l’Atlantique. Déjà ancré dans la culture populaire, ce transporteur  assoit son mythe à travers certains films célèbres comme New York-Miami de Frank Capra avec Clark Gable et Claudette Colbert ainsi que Macadam Cowboy de John Schlesinger avec un Dustin Hoffman recroquevillé et agonisant dans le dernier autobus filant vers la Floride.

greyhound_scenicruiser_03_large

Mais le mythe du coast to coast « cool » est, comme tous les mythes, quelque chose qui a rarement existé. Malgré la modernisation continue, un autobus reste un autobus. C’est à dire que le confort s’amenuise très vite en inconfort. Pour vous donner une idée, un voyage de New York à San Francisco, pour suivre le rêve de Kerouac, coûte seulement 250 dollars, ce qui n’est vraiment pas cher, mais il demande une condition physique à toute épreuve. Le parcours le plus rapide prévoit quarante et un arrêts et deux échanges de véhicules avec des arrêts en terminaux, pour un total de trois jours. Alors toujours partant ?

Tags : 100 ansAMÉRIQUEbusGreyhoundtransportVintage
Claude

L’auteur Claude

Clod, 170 cm sur 70 kilos. Mes pieds s’installent en général dans des baskets ou de temps en temps dans des boots. Mon corps se drape d’un jean étroit du bas (le Chino fait son apparition) et de t-shirt émanant de pays étrangers rapportés en général par mes deux filles. Ma vie s’articule autour du partage et de l’échange. J’aime bien m’entendre dire « je fais ce je veux… », même si ce n’est pas vrai. Je suis un fondu de musique, de culture, de moto, de rencontres, de belles histoires et après de plein d’autres choses !

Ajouter une réponse