close
imagesRenault_1-5-635×259

Si vous interrogez quelqu’un dans la rue, le résultat est quasi automatique : un monospace c’est forcement un Espace et rien d’autre !

Pourquoi cette question ? Cette année, le Renault Espace fête ses 30 ans. 3 décennies qu’il fait partie intégrante de notre paysage automobile. Pendant ces 30 ans, la marque au losange a réussi là où beaucoup de constructeurs se sont d’abord cassé le nez pour mieux rebondir et s’inspirer du concept Espace. En juin 1984, on était loin de penser au succès immédiat de ce modèle. Imaginez vous : on vous propose de rouler dans une voiture qui n’en est pas une, c’est plutôt une camionnette un peu plus civilisée, à la mode du célèbre van américain des années 70/80 (véhicule utilitaire transformé en véhicule de loisir et en piège à nanas). La mayonnaise prend immédiatement, tant ce concept est ingénieux.

imagesRenault_1 5
Espace – les extrêmes ! 30 ans séparent ces deux Espaces. L’aboutissement d’un concept à l’étonnante longévité. Le Renault Espace IV propose jusqu’à 7 m2 de surface vitrée dont 2,45 m2 de toit transparent.

Il offre la possibilité de rouler tous les jours, de voyager en famille sans se bousculer grâce à un système de modularité, de transporter, comme un puits sans fond, des bagages et des matériaux. C’est un trois en un ! Son sens de l’hospitalité est sans limite (certains proposeront des sièges pivotants), la conduite est très agréable car la position de conduite procure cette sensation de dominer la route et le grand pare brise vous propose un panorama rarement atteint. Renault invente un nouveau segment automobile : le monospace. Ce nom intègrera le dictionnaire entre monoski et monosperme… ça ne s’invente pas.

imagesRenault_2
Espace 1984 – 1991 – Voyager à 7, sur trois rangées de sièges individuels, avec confort et dynamisme: c’est inédit en 1984 !

Le succès est sans appel, les carnets de commandes sont pleins, les délais de livraison atteignent des sommets de longévité, ce qui provoque un marché parallèle en occasion qui propose ces autos à des prix bien souvent plus chers que le neuf. Bien entendu, la concurrence s’engouffre dans cette brèche et ne tardera pas elle aussi à proposer des produits ressemblants mais sans âme. Le concept « Espace » est une vraie réussite et le modèle s’améliorera au fil des ans.

imagesRenault_5
Changement de dimension mais surtout changement d’ambition. Espace II (1991 – 1996) concrétise la vision du « haut de gamme à vivre » vu par Renault

Il reste encore aujourd’hui une voiture hors norme sans réel équivalent sur le marché automobile. Autre coup de génie, c’est aussi son nom : Espace. Il est devenu un générique comme peut être le frigidaire pour les réfrigérateurs. Il n’est pas rare même aujourd’hui de renter chez un concessionnaire, autre que Renault et de demander à voir un Espace.

Aujourd’hui est exposé au pavillon de Breteuil à Sèvres le mètre étalon et bien l’Espace aurait surement aussi sa place. Car il sera toujours la base ou la référence d’un monospace.

L’Espace est probablement la voiture qui incarne le mieux la capacité d’innovation et l’image de Renault dans le haut de gamme. Concept précurseur, Renault répond aux attentes et aux besoins du marché avec un temps d’avance sur la concurrence.

renaultespace 3
Espace III ( 1996 – 2002) voit les choses en grand et enfonce le clou avec une version longue. Cette génération futuriste d’Espace bat le record de production annuelle du modèle : 71 200 exemplaire en 1999

Je vous propose de vivre la chronologie de ce phénomène roulant à travers quelques photos du service relation presse Renault himself.

Tags : automobileEspacemonospacerenaultRenault EspaceVintageVOITURE
Claude

L’auteur Claude

Clod, 170 cm sur 70 kilos. Mes pieds s’installent en général dans des baskets ou de temps en temps dans des boots. Mon corps se drape d’un jean étroit du bas (le Chino fait son apparition) et de t-shirt émanant de pays étrangers rapportés en général par mes deux filles. Ma vie s’articule autour du partage et de l’échange. J’aime bien m’entendre dire « je fais ce je veux… », même si ce n’est pas vrai. Je suis un fondu de musique, de culture, de moto, de rencontres, de belles histoires et après de plein d’autres choses !

Ajouter une réponse