close

Too-toodoo-toodoo-tootoodootoo- lou reed walk on the wild side

Transformer-1-846×844

Vous évoquer TRANSFORMER, c’est évoquer une bonne tranche de ma vie, celle qui traverse l’école, les vacances entre potes et le bar en face du collège. Ce deuxième album solo de Lou Reed, celui ci qui est produit par David Bowie est à tout point de vue la construction d’une œuvre majeure dans l’industrie du disque et dans la discographie de Lou.

Transformer 1

Déjà commençons par le contenant, c’est à dire la pochette cultissime que je qualifierais au recto de fantomatique, (que Lou reprendra dix ans plus tard pour The Blue Mask, realisée en bleu). Elle représente un Lou androgyne, maquillé à outrance, en noir & blanc, tenant une guitare liserée de néons vert et rouge. Au verso, deux personnages de la nuit, un gigolo gay dans une position organique prétentieuse et une prostituée/travestie toute émoustillée : tout un univers. Cette enveloppe me laisse sans voix ; ça commence bien 😉

Lou_Reed-Transformer-Trasera

Le contenu, alors là on touche une œuvre majeure et intemporelle. Pour certains Transformer restera l’album des déviances et des perversions. Il est l’album du vice, mais le temps lui reconnaitra toutes ses vertus. C’est un album qui nous fait tanguer entre l’émotion et le pessimisme. Il faut plusieurs écoutes pour pénétrer ce chef-d’œuvre, pour se ravir de la découverte émerveillée des couches successives de joie et de désespoir. Dans l’histoire du rock, Transformer est une œuvre incroyable, un de ses meilleurs albums, un disque à posséder absolument.

artworks-000061325422-k83qd8-original

Vous extraire un titre, pour la chanson du jour, cela reste bien compliqué. La majorité des chansons sont scotchées à ma mémoire à jamais, malgré la fonction reset mon disque dur maintient encore l’information. Alors oui je vais choisir une chanson qui est mondialement connue, davantage encore que son auteur lui-même. Sur une mélodie tout simplement sublime, d’une pureté absolue, Lou Reed parvient à nous raconter des horreurs avec Walk On The Wild Side, C’est un tour de force magistral que réussit là le chanteur, réussissant à accommoder sans compromission mais avec une réussite totale sa poésie perverse et décadente avec un succès considérable auprès du grand public. Lou se fait l’avocat de la perversité, de la défonce, comme un prophète invitant ses auditeurs à « faire un tour du côté sauvage… ». The wild side donc, le côté sauvage, obscure de la vie. Walk On The Wild Side est le seul numéro 1 de Lou Reed. À bien l’écouter on découvre une chanson intrigante et ambigüe comme Lou Reed.

Too-toodoo-toodoo-tootoodootoo.

Tags : chansonlou reedmusiqueTRANSFORMERVintagewalk on the wild side
Claude

L’auteur Claude

Clod, 170 cm sur 70 kilos. Mes pieds s’installent en général dans des baskets ou de temps en temps dans des boots. Mon corps se drape d’un jean étroit du bas (le Chino fait son apparition) et de t-shirt émanant de pays étrangers rapportés en général par mes deux filles. Ma vie s’articule autour du partage et de l’échange. J’aime bien m’entendre dire « je fais ce je veux… », même si ce n’est pas vrai. Je suis un fondu de musique, de culture, de moto, de rencontres, de belles histoires et après de plein d’autres choses !

Ajouter une réponse