close
321472-859×844

Si on devait définir la vie de Judee Sill, on commencerait par le moins bon pour arriver au meilleur et retourner encore au moins bon pour ne pas dire le définitif. Oui c’est bien compliqué tout ça. Judee Sill est fragilisée par les pièges et difficultés de la vie.

321472

Son existence est entrecoupée de bonnes et mauvaises rencontres. Les bonnes, pour ne citer qu’elles, sont David Crosby et Graham Nash, grâce à qui elle devient la première artiste signée sur Asylum records, le nouveau label créé par David Geffen. Rapidement, Judee écrit et fait la couverture du magazine Rolling Stone. Grande voix du folk, Judee Sill entre dans le métier par la grande porte avec un single que les radios passent en boucle, le gospélisé Jesus Was A Cross Maker. Ce titre est une grande réussite. Les mauvaises : elle devient, entre autre, la copine d’un truand et commet des cambriolages pour se retrouver dans un centre de délinquants, accro à l’héroïne ; elle en consomme à outrance et n’hésite pas à se prostituer. Malheureusement, il est difficile de dissocier Judee Sill de ces délits. Certains n’hésitent pas à la définir comme une sorte de McCartney au féminin. D’autres diront qu’elle est de la veine des génies masculins que sont les Brian Wilson ou Nick Drake. Du beau monde n’est ce pas ? Son style mêle des influences country, folk et classique avec une production « luxuriante ». Judee Sill se positionne comme une très performante pluridisciplinaire (auteur-compositeur-interprète) de la west-coast américaine. Je souhaiterais être à la place de ceux qui vont la découvrir car vous n’êtes pas loin de flirter avec le firmament. Bande de veinards, ne passez pas à coté !

Il n’existe que 2 vrais albums de cette artiste : Judee Sill (1971) et Heart Food (1973),

Dreams Come True est une démo pour un troisième album

Abracadabra est une compilation et quelques bonus

Live in London – enregistrements réalisés pour la BBC

Tags : chansonfolkHeart FoodJesus Was A Cross MakerJudee SilVintage
Claude

L’auteur Claude

Clod, 170 cm sur 70 kilos. Mes pieds s’installent en général dans des baskets ou de temps en temps dans des boots. Mon corps se drape d’un jean étroit du bas (le Chino fait son apparition) et de t-shirt émanant de pays étrangers rapportés en général par mes deux filles. Ma vie s’articule autour du partage et de l’échange. J’aime bien m’entendre dire « je fais ce je veux… », même si ce n’est pas vrai. Je suis un fondu de musique, de culture, de moto, de rencontres, de belles histoires et après de plein d’autres choses !

Ajouter une réponse