close
pass-the-popcorn-dan-akroyd-jill-scott-sign-on-for-james-brown-biopic-635×454

James Brown (1933-2006), lui aussi, aura droit à son biopic. Le film s’intitulera «Get on Up». Il est produit par Mike Jagger himself et Brian Grazer. Déjà dans les années 90, ce même tandem avait le projet d’un film sur ce sujet avec Eddie Murphy ou Wesley Snipes sous la baguette de Spike Lee. Dans un communiqué de presse, Jagger a dit: «C’est un grand honneur de participer à un projet-aussi riche que l’histoire légendaire James Brown. C’était un artiste fascinant avec une vie fascinante. »

pass-the-popcorn-dan-akroyd-jill-scott-sign-on-for-james-brown-biopic

Pour « Get on Up », le leader des Rolling Stones souhaitait absolument l’acteur Chadwick Boseman (héros du film sur le base-ball 42). Sa façon de bouger fluide et agressive lui rappelait celle de James Brown. Comme le dit Jagger « il aurait été plus facile de choisir un chanteur de Broadway qui sache aussi danser, mais Chadwick a tellement travaillé qu’il est devenu le personnage ; il est devenu James Brown ». À la réalisation, on retrouve Tate Taylor qui avait fait un sans faute avec «La couleur des sentiments».

On sait que Mike Jagger doit beaucoup au roi de la soul, que ce soit dans son énergie, sur scène et dans sa façon de bouger. Il ne cessera de l’imiter dans ses enjambées de folie.

chadwick-boseman-james-brown
Chadwick Boseman

Pour ceux qui ne connaissent pas James Brown, à vrai dire ceux qui étaient « cryogénisés » pendant plus d’un demi siècle : en quelques mots et quelques paroles mais sans la musique : James Brown est fréquemment nommé le «godfather of soul» ou «Mister Dynamite». Ces apparitions sur scène sont à elles seules des spectacles hors norme, tellement le chanteur multiplie les acrobaties et entrecoupe ses morceaux d’improvisations et de cris stridents.

Pour vous donner quelques parcelles de son caractère, aussi importants que soient ces musiciens, James Brown leur fixe des règles sans concession et n’hésite pas à dresser des amendes pour un retard, une fausse note ou un costume froissé. C’était simple : en concert, quand le chanteur levait le doigt, cela signifiait le prix de l’amende à payer, plus il y avait de doigts levés, plus la somme était élevée. Et quand, en 1969, ses musiciens protestent pour demander une augmentation avant un concert à Cincinnati, James Brown préfère recruter sur place des nouveaux musiciens.

On retiendra surtout de ce phénomène des titres comme Think, I’ll Go Crazy, It’s a Man’s World, Papa’s Got A brand New Bag, I Feel Good (I Got You), Can’t Stand Myself (When You Touch Me), I Got the Feelin, sex machine, et encore beaucoup d’autres tant le vivier est riche. Aujourd’hui, s’il fallait choisir un album, probablement The Payback. C’est simple : le titre le moins long dure 5 min 39. Sinon, tous les autres s’étalent sur plus de 7 minutes et que du bon, vraiment bon, même suffocant, moite, tragique et puissant. La performance vocale de l’Homme atteint son apogée. Cet album n’est pas un réservoir des hits de James Brown mais un organe à lui tout seul. Il faut le prendre en entier. Le nom de James Brown sera toujours associé au rhythm ‘n’ blues, à la soul et au funk, rien que ça ! Souhaitons au film qu’il en soit ainsi.

Get On Up sortira le 1er août aux Etats-Unis, et le 24 septembre en France

 

Découvrez : Get On Up Official Trailer (2014) James Brown Biopic

 

Tags : biopicChadwick BosemanchansoncinémafilmGet on Upjames brownMike JaggermusiqueVintage
Claude

L’auteur Claude

Clod, 170 cm sur 70 kilos. Mes pieds s’installent en général dans des baskets ou de temps en temps dans des boots. Mon corps se drape d’un jean étroit du bas (le Chino fait son apparition) et de t-shirt émanant de pays étrangers rapportés en général par mes deux filles. Ma vie s’articule autour du partage et de l’échange. J’aime bien m’entendre dire « je fais ce je veux… », même si ce n’est pas vrai. Je suis un fondu de musique, de culture, de moto, de rencontres, de belles histoires et après de plein d’autres choses !

Ajouter une réponse