close
IMG_5304-311×207

LP … CD et tutti quanti

IMG_5304
Attention où vous posez votre saphir mademoiselle!

Début des années 90, c’est fait, je suis résolu à revoir toute ma collection de disques. Non pas  que j’ai changé de style, mais si je veux continuer à écouter mes disques préférés,  je dois racheter au format numérique tout ou une bonne partie de mon catalogue… Depuis 1988,  la messe est dite : on vend plus de cd que de vinyles. C’est la bascule,  mes auteurs préférés, maintenant, pressent uniquement en digital. Les chaines hi fi ou autres compacts disparaissent de nos rayons en peau de chagrin, et pire nos disquaires, de vrais mélomanes, ont dû prendre un aller simple pour Katmandou, pour ne plus jamais les revoir.

Adieu Drugstores Publicis, Lido Musique des champs Élysées ou le discobole gare saint Lazare. Adieu belle pochette, adieu œuvre magistrale comme Sticky Fingers des Rolling Stones, conçue par Andy Warhol. Il n’était pas rare d’acheter une œuvre uniquement sur l’originalité de sa pochette ou photo.

Juste pour la petite histoire : Le vinyle 45 tours (inventé en 1946 et relancé en 1949 pour le marché des jukebox), est pressé sur ses deux faces (A et B), chacune recevant 1 ou 2 titres. Pour le 33 tours ou LP, le volume de chansons oscillait entre 10 et 12. On Parle alors d’album ou double album si la pochette contient 2 disques. Exceptionnellement, il existe des pochettes de 45t qui contiennent 2 disques  6 chansons et un livret,  comme, pour info, Magical Mystery Tour des BEATLES.

Mur de platine
Mur de platines disques vinyle chez URBAN OUTFITTERS

Aujourd’hui, les grandes surfaces  s’occupent de tout… génial le contact. C’est sûr qu’un vendeur de légumes, saura facilement vous parler d’anti-accord absolu.

Bien entendu, quand une révolution se met en marche, on n’hésite pas à chercher et trouver tous les défauts de la terre à l’ancien support. L’opinion est convaincue et moi le premier. Je suis ébahi par tant d’inflation technologique. Il était bien has-been, désuet, obsolète, démodé ou suranné de recauser vinyle. Qui oserait ?

À priori, ce mini support qu’est le CD détient presque tous les avantages : Il ne subit aucune altération par frottement de sa surface, donc aucune usure. Son diamètre est  court : seulement 12 cm. La dynamique (un des paramètres qui définit la qualité sonore) des CD audio est plus importante que celle du disque vinyle. Pas de souffle, pas de craquement et manipulé avec précautions, le CD bénéficie d’une longévité de plus d’un siècle.

IMG_5307
Un son et une ambiance

Bon, j’ai  compris, il ne me reste plus qu’à trouver une place pour ranger mes anciens vinyles,  au pire les revendre par petites annonces ou bien m’inscrire à la première brocante printanière de mon village…De quoi vais je avoir l’air, vendre des galettes qui ne se mangent même pas ?

Depuis quelques années, il ne vous a pas échappé que le disque vinyle faisait un retour en force. Lorsque je découvre, début des années 90, certains dj faire des samples avec nos galettes, j’ai vite compris qu’on ne se débarrasserai pas aussi facilement du phénomène. Lisez plutôt  l’histoire suivante : en 2008 dans un supermarché de la région de Portland, dans l’Oregon (Etats-Unis), l’employé du rayon disques, au lieu de passer commande auprès de son fournisseur de plusieurs dizaines de CD du dernier album du groupe REM, Accelerate, il clique sur la case « LP » et se retrouve quelques jours plus tard,  avec des dizaines de vinyles sur les bras. Il ne se démonte pas et les met en rayon. Contre toute attente, le stock s’écoule en quelques jours.

Depuis les années 2000, le vinyle connaît un renouveau  et ses ventes augmentent.

Les gens reprennent  goût à acheter et écouter des vinyles. Le LP est vintage et collector pour certains. Doté d’une belle pochette, il en devient presque unique ; ce qu’on aime bien dans le vinyle, ce sont ses défauts parce que c’est un format qui compresse un peu et qui défigure aussi.

Aujourd’hui, cherchant à profiter de cette vague de popularité renaissante, les majors rééditent une partie de leur catalogue en format vinyle, aussi bien les albums anciens ayant déjà paru en disque vinyle que les albums récents. On découvre que les acheteurs ne sont pas les BOBOS de 40 à 50 ans portant un pull en laine sur un torse nu et pointant quelques poils sur le menton en guise de barbe de quelques jours… Au contraire, ils sont plutôt jeunes : entre 20 et 35 ans et écoutent Beyoncé, Lady Gaga, Daft Punk et bien d’autres.

Par exemple, le disque vinyle le plus vendu cette année au Royaume-Uni est l’album Random Access Memories des Daft Punk, avec son hit interstellaire GET LUCKY.

L’écoutIMG_5309e d’un vinyle, n’est pas sans contrainte, elle reste « at home »sur un matériel aussi encombrant que délicat, un disque qui demande à être retourné au mieux au bout de 30 minutes.

À comparer à un media center qui stocke quelques milliers de chansons, il est sûr que pour le confort d ‘utilisation on repassera. Mais voilà, depuis quelques temps, le vinyle a repris une place de choix, dans certains modes de consommation.

Pour conclure !

Une meilleure qualité de son, peut être… chaleureux et spatial why not… et une vraie alternative sonore surement. De plus, considéré par beaucoup comme un objet d’art très esthétique, il devient la meilleure matérialisation possible pour le genre musical. Aujourd’hui, ceux qui n’ont jamais laissé tomber le vinyl sont considérés comme « hype ».  Alors, si cela ce n’est pas revival.

 

Tags : disque vinylretour du vinyl
Claude

L’auteur Claude

Clod, 170 cm sur 70 kilos. Mes pieds s’installent en général dans des baskets ou de temps en temps dans des boots. Mon corps se drape d’un jean étroit du bas (le Chino fait son apparition) et de t-shirt émanant de pays étrangers rapportés en général par mes deux filles. Ma vie s’articule autour du partage et de l’échange. J’aime bien m’entendre dire « je fais ce je veux… », même si ce n’est pas vrai. Je suis un fondu de musique, de culture, de moto, de rencontres, de belles histoires et après de plein d’autres choses !

Ajouter une réponse